AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lettres pour mon Moi Futur

Aller en bas 
AuteurMessage
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Lettres pour mon Moi Futur   Dim 12 Sep - 14:53

L'accident Russie a eu quelques effets sur ma personne, notamment une interrogation que je n'avouerai à personne : et si un jour, je perdrai moi-même la mémoire ? Une question affreuse que je ne puis supporter, ainsi ai-je décider d'écrire quelques lettres à mon moi futur...

En espérant que tu ne te perdes pas, Futur Matteo.

Déjà, sache qu'en ce dimanche 12 septembre, tu es actuellement aux côtés d'Abigail O'Neal, alias Irlande en ces lieux. Je ne sais pas si ce sera encore le cas quand tu lira ses mots, mais je prie fort pour que oui. Et je m'excuse d'avance si, par malheur, vous ayez subi une effroyable rupture... Que dis-je, je parle d'horreurs...

Ensuite, Moi Futur. Que dire. Parlons d'aujourd'hui. Les détails tels que ma famille ou mes amis, tu t'en souviendras rapidement, surtout connaissant l'ainé (Feliciano, en cas où). Après, ne crois pas ce que te dit Fabrizio, il se peut qu'il ai quelques intentions ! Comme avec Russie, et ça a royalement foiré. La preuve : Freyr ne veut plus en entendre parlé, Tino est plus que sur les nerfs, Danemark lui a cassé la gueule... La suite ? Je ne veux même pas la savoir. Visiblement, Islande ne semble pas trop énervé. Mais il est trop jeune ou pas assez pour ça. Si je ne me goure pas, il reste Suède avant que toute la famille ne lui tombe dessus, mais je ne l'ai jamais vu... Peut-être ne sera-t-il jamais au courant... J'espère bien, les rumeurs ne sont pas gentilles gentilles sur lui. Voir, pas du tout. Quoique, Danemark aussi, c'est effroyable... Enfin. Je ne sais point. Je ne suis jamais allé plus loin que la campagne italienne, à mon grand damne... J'aurai dû me bouger d'avantage par le passé.

Soit. Expliquons depuis un début. Je vais choisir l'histoire Russie. Peut-être ferai-je des flash-backs, quand cela sera nécessaire... Il y a tant de choses à dire. Cela me fait bizarre, moi qui a l'habitude d'attendre plusieurs mois avant d'assister à un peu d'action. Enfin, cela me plaisait plutôt, bien que l'agitation de l'académie reste... Disons... Bien. Appréciable par moment.
Je disais donc, l'accident Russie... De ce que m'a rapporté le frangin aujourd'hui quasi décédé. Visiblement, il se planquait de Russie, lorsqu'il lui a lancé une Bible dessus – dangereuse Bible, oh si dangereuse. Résultat, le Russe tombe dans les escaliers. Depuis, il a perdu la mémoire. Et mon idiot de frère – pardon si tu tiens un grand estime de lui au moment où tu lis cela- n'a rien trouvé de mieux à faire que de se faire passer pour son copain. Enfin, je crois. Cela expliquera les baisers publics. Rendre Russie inoffensif. Impossible.
Résultat, Chine – qui sort avec Russie – et Freyr – qui sortait avec Fabri' – ont tout vus. Donc, ça a gueulé, chouiné, et tout le toutim, soit, ce fut horrible. Sur le coup, je n'ai pas non plus apprécié. En fait, voir mon frère embrasser un de mecs qui désirent ma mort, devant leurs copains même, je n'ai pas supporté. Mais pas de violentes disputes, juste que j'ai tiré la gueule. D'ailleurs, voir Russie aussi gentil qu'un mouton tout doux est une chose à vivre au moins une fois dans sa vie, c'est... Disons... Traumatisant, presque.
Soit. Sur le coup, j'ai détesté mon frère. Mais sur le coup. Maintenant, je le trouve surtout stupide. Mais bon, ce n'est qu'une constatation vieille comme le monde. Et Dieu seul sait à quel point ce monde est ancien... J'ai essayé comme je pouvais d'aider Chine, par exemple. Il pensait à tord, le pauvre, mais n'importe qui aurait pensé comme lui. Ayant pu constater quelques minutes plus tôt le manque de cervelle du Russe, je le lui ai dit. Je crois qu'il a compris. Depuis, il essaie d'aider Russie avec sa mémoire. Ils sont mignons ensembles, bien que le Russe... Enfin … Bref.
C'est un peu le bordel – que l'on me pardonne cette expression – et je ne connais pas encore tous les détails. Au moment où j'écris, je peux jeter un coup d'œil à mon frangin, et à Freyr. Ils sont proches, mais leurs cœurs semblent si loin. Tous deux souffrent. L'un par la dureté du mur qu'il a pu constater, l'autre au cœur d'amour. Étrangement, bien que j'ai eu peur pour Fabrizio, je suis bien plus touché de voir Freyr dans cet état. Cela fait bizarre de voir une personne que je considérait depuis peu comme un frère – vu qu'il sortait avec mon propre frère, celui avec lequel j'étais d'ailleurs le plus proche – se détachait, et de n'être... Eh bien, plus rien de spécial. Vais-je devoir l'appeler Féroé désormais? Je n'aime pas ça.
Enfin... Mon frère le mérite.

Cher moi futur, pardon, je m'emmêle. Ce fut si long !
Il serait plus simple pour moi décrire régulièrement, tu ne penses pas ? C'est ce que je vais faire... Après, c'est une chose que je faisais souvent, enfant. Le récit d'un chevalier, que disait ma mère en lisant mes lignes...

Dis, Futur moi, suis-je vraiment en cas de mother complex ? … Juste une question, mmh.

Sinon... Je vais parler d'Abi. Un peu. Abi, je l'ai aimé, du moins, commencé à aimer – car je l'aime encore ! - après un polonais. En y réfléchissant, ayant passé le cap d'un âge important il y a peu – le 3 septembre pour être précis – et sachant qu'Abi aie 16 années... On pourrait presque m'accuser de détournement de mineurs. En espérant que cela ne germe dans la tête de personne. Espérons...
Bref. Abi est une jeune fille qui, bien que plus jeune que moi – de peu, deux ans, disons, un an et demi – possède une expérience qui dépasse la mienne. Dans un sens, cela n'est pas compliqué. Mon expérience fut, avant que l'on sorte ensemble, limitée à un furtif baiser. Je crois. Je crois, je crois, je crois. Merde, c'est stressant … Enfin, passons. Future Moi... Jure-moi que cela a avancé à mort, et que tu es le père de trois gosses, deux filles et un garçon, tous adorables, avec une Abi devenue une femme magnifique à tes côtés, tous assis dans un canapé à rire devant mes mots ! Jure-moi !



Pardon. Où en étais-je... Finalement, ne parlons pas de ça. Voilà, cela ira mieux. Et c'est mieux pour moi.
Bien, j'abandonne là. Je verrai bien s'il faut reprendre bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Lun 13 Sep - 18:13

Chez Moi Futur. À l'heure où je te parle, j'ai de grandes inquiétudes. La première étant Freyr, la seconde Liza et la dernière moi-même. Admire l'ordre. Moi aussi, je l'aime bien comme ça.

Commençons donc dans le bonne ordre. Soit, Freyr. Il a l'air toujours aussi « mort », permettez-moi ce terme. Il semble sans vie. Cela a dû le boulvserser encore plus que je ne le croyais. Et Dieu seul sait à quel point je le pensais perdu... Et dire que c'est pire encore... Hier, j'ai tenté d'aider, en l'abordant tout d'abord. On peut dire que cela ne fut pas concluant, étant donné qu'il ne parlait guère. Cela change beaucoup d'avant, et je regrette énormément ce temps où il m'étreignait sans crier garde. Au moins, il était en vie. Tant pis si je fus attrapé contre mon gré.
La point de départ, ce fut des chamallows. J'imagine que Feliks serait ravi de ce point... Il est vrai que c'est tout de même grâce (ou contre, je te laisse choisir. J'imagine que si j'ai pris 20 kilos, ce serait une malédiction …) à lui que je m'en achète régulièrement... Pas plus d'un paqet par semaine, mais tout de même. Un paquet tout de même.
Finalement, après avoir tenté un échange basique, je laissa tomber. Il ne semblait pas à son aise, bien qu'étrangement, je n'étais pas stressé de la situation. Je le remercia avec sincérité. Car par le passé, Futur Moi, il m'a aidé. Tu t'en souviens, non ? Il a répondu à mes questions. Et actuellement, je l'apprécie énormément pour avoir pris le temps de me parler avec calme. Et je dirai aussi, sagesse. Je ne crois pas qu'il est compris l'importance de cela pour moi. Je suis ensuite parti, il m'a arrêté et demandé si Fabrizi allait bien. La réponse est vague.
Mais ceci est un point POSITIF. Majuscule, je vous en prie. Il a demandé des NOUVELLES. Soit,il ne le déteste pas. SOIT. Et ce n'est pa
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Lun 20 Sep - 21:46

Document non daté. Désolé, Matteo du futur.

Futur Moi, Pardonne-moi.
J'écris peu.
Excuse-moi.

D'ailleurs, pour la dernière feuille, s'il n'y a pas de suite, plains à l'ex-mouton de Freyr – vu que j'ai entendu dire que ce n'était plus sien désormais. Il l'a mangé. Et moi, j'avais la flemme de ré-écrire. En plus, je ne sais plus ce que j'avais écrit.
Malin.

Que voulais-je dire ? Ah oui. Une croix dans mon agenda. Toute rouge. Mais je ne te dirai pas pourquoi. Parce que. C'est idiot. Je crois.

Que dire que dire. Liza m'a posé quelques soucis récemment, même si je ne l'ai pas vu depuis un moment. J'ai l'impression d'être un mauvais père... Tout d'abord, elle s'énerve de manière très exagérée. Contre Pologne. J'ai cru que je n'arriverai pas à m'en remettre. Ensuite, récemment, j'ai appris par elle-même, qu'elle possédait les photos que les bonnes moeurs répriment. Et je n'ai pas pu lu convaincre de les brûler. Pour sûr, j'irai lui censurer tout ça avec un marqueur noir, dès que possible ! Et comme Abi dort dans la même chambre, je n'aurai aucun mal à en débarasser la jeune fille... Il faut la remettre sur le droit chemin !
J'ai essayé de la ramener vers des types de photos plus... Disons, plus couvertes. Que nenni, la voilàaussi têtue qu'un Polonais. Autrement dit, c'est une chose bien difficile... Je lui ai acheté une robe peu après, mais je n'ai pas eu l'occasion de la lui donner. La pauvre enfant, quelques minutes après avoir nié que la beauté peut se trouver dans le mystère, s'est mise en tête qu'une chemise tachée de soda la rendrait, je cite ses mots, « sexy ». Que nenni, bien entendu ! En bon père, j'ai voulu lui acheter une tenue CORRECTE et MIGNONNE. Parce que bon, elle ne peut qu'accentuer ce côté...
En espérant qu'elle lui plaise. Je mettrai une photo plus tard. Là, je n'ai pas le temps – ou le courage.

Freyr et Fabrizio...

..
.
Argh.

Et... ah oui. Le Russe. Ouais. Bon.
Il a une sale dent contre moi. J'aimerai calmer ça, mais je ne sais comment. La seule chose que j'ai compris, fut qu'il m'en voulait... À mort. Mais je crois qu'il déteste Fabrizio davanatage. Non, c'est une certitude !!
Bien, le début. À cause d'une bouteille de verre, je ne veux même pas savoir le contenu, je me retrouve avec deux bleus. Un sur la tempe, l'autre la joue, quoique le second est bien plus important – et l'os de ma machoire me fait encore un PEU mal, quoique depuis hier, ça passe plutôt bien.
Fabrizio, lui … C'est la bouteille brisée qu'il eut enfoncé dans le ventre. Et comme un lâche, on peut dire que je ne servis pas à grand chose. Tout le mérite de sa survie revient à Biélorussie – je m'en veux encore plus pour le plan Belarus du coup – et Chine – et lui, pareil, je m'en veux un peu. C'est affreux de voir d'autres faire ce que je devrais faire moi par réflexe.
Il faut que j'aille le voir... À la fin de la semaine, je ne peux pas avant. Je me déteste presque.

Ridicule, ce que j'écris. Même si je le pense, ridicule.

Tiens, d'ailleurs. Pour allonger la liste de ceux qui m'en veulent, on peut citer Feliks. Pour une raison totalement inconnue, il semble vouloir me faire la peau... Autant le Russe, je flippe un max. Mais Feliks... J'ai déjà plus de mal. Je veux dire... Bon, okay, je suis pas non plus de type athlétique. Mais bon. Feliks...

J'ai pas envie de lui faire mal non plus. Quoique. S'il m'attaque, qu'est-ce que je peux faire ?
… C'pas mon frère...
Quoique, rien que pour dix minutes, je pourrai faire tout comme...
Pas bête...



PITIE.
Cher Futur Moi. Par PITIE. Dis-moi que dans vingt ans, je n'aurai pas grossi, et même, j'aurai perdu … Cinq kilos, ou un truc comme ça... Pas PITIE.
Pas Pitiépitiépitiépitié.



Sinon. À part ça. J'ai croisé Croatie. Ou Marija, comme tu préfères, je ne connais pas son statut dans le futur. Bref. Je ne me souvenais plus d'elle. Plus trop. Elle si. C'est embarassant de voir quelqu'un qui se souvient de vous sans que vous ne puissiez vous rappeler son nom. Mais enfin.
Quelques flash-backs, mais rien d'important. Hélas... J'ai passé bien trop de temps chez moi à fuir mes semblables – soit mes frères – je crains de ne pas avoir pu rencontrer ceux qui ont vécu avec eux … !
Mon Dieu, je crois que je vais passer une nuit photos... Heureusement que mamma m'en a envoyé de nouvelles ! Je lui demanderai pour Marija. Il doit bieny avoir un cliché ou deux... Non ?
Je crois.
J'espère.
Je me sens idiot.



Futur moi, cette fois-ci fut un écrit hésitant, vide et complet en même temps, je m'en excuse. Mon cerveau est brouillé et à rouillé.
Ca doit être la conversation entre Heather et Marija...
Saleté de conversation …
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Dim 3 Oct - 13:20

Cher Moi Futur,

Les choses en ce moment sont plates... Disons que je sors peu. Je devrais, mais pour des raisons innombrables, je ne puis. La première étant mes maquettes – j'ai reçu la nouvelle colle, je vais pouvoir avancer encore un peu. Je sais que cette excuse est … Disons, idiote. Bête de se couper du monde pour un loisir vu comme futile... Mais tant pis. La seconde est Halloween. LE GRAND sujet de conversation actuel. Pendez-moi.

Je n'aime pas vraiment ce genre d'évènement... Je veux dire... Bon, ça ressemble à de grands banquets... Et Abi m'a dit qu'elle portera une tenue de type médiévale... J'ai hâte pour ce détail. Vraiment. Même si je n'aime pas l'évènement en lui-même... Danser ne me dérange pas. La valse, ce genre-là, je m'en sors bien. Après, non, j'ai du mal à voir les danses plus modernes comme des danses à part entières... Très sérieusement, même l'art en lui-même ne dérive-t-il pas méchamment ce dernier siècle ? On croise des merveilles, mais parfois, je reste sans voix tellement une 'oeuvre' me semble sans sens... Enfin, laissons tomber. L'important, je disais donc, est ce bal... Il y aura du monde. Ca, c'est gênant. Mais tant pis, non ? Je vais survivre. Je crois... Au pire des cas, je tombe dans les pommes. Mais alors, je casserai la soirée... Mon Dieu, pourquoi n'ai-je pas refusé en m'expliquant dès le début ? Je suis idiot...
Ah. Tu sais. Ce qui m'a pris du temps ? La tenue. Non, non, je ne l'ai pas coud moi-même. J'y passerai mon année... Vive le sur-mesure. Ca coute cher, mais au moins, c'est bien, correct... Je n'y ai pas encore jeté de coup d'oeil... Les vêtements sont encore dans cette sorte d'emballage opaque... J'ai peur de découvrir une horreur... Cela dit, je n'ai pas encore reçu les chau-ssu-res. Intérieurement, je prie pour ne jamais les recevoir. Une excuse pour ne pas y aller … ? Ouais.

Note : je me suis mis au sport, et pour tous les ciels, je hais ça. Très sérieusement, que l'inventeur de la prise de poids soit maudit.

Sinon... Sinon... Je suis vivant.

La soeur d'Abi m'a très sérieusement énervé. Je n'avais jamais eu aussi envie d'user de mes poings sur une autre personne que Fabrizio depuis mon arrivée – j'espère, Moi Futur, que je n'ai pas trouvé quelqu'un d'autre...
Laisse moi me souvenir le début .. Ah oui. Je soupire. Comme tout le monde, c'est humain. Un truc bête. Sauf que Dame Guernesey a décidé qu'il ne fallait pas en sa présence et m'a giflé. Deux fois. Bon. Okay. J'ai reçu pire sans que je ne bronche négativement. Mais pour un détail si futile – Je veux dire, Russie au moins avait de bons arguments – ça me gonfle littéralement. Tant pis pour le beau vocabulaire. Une personne sans politesse dirait très certainement « Elle m'a fait chier ». Oh que c'est poétique …
Bref. Résultat, j'en ai prie une Là, et... Pas de dégats, mais ça fait un mal de chien. Logique, non ?
… J'ai étrangement plus du tout envie d'écrire la suite. Futur Moi, si tu ne t'en souviens pas, ce n'est PAS important, au contraire, c'est bien. Si tu t'en souviens... Et bien tu comprendras, haha...
Tout de même. Je suis allé voir mon frangin – parce que j'ai bien le droit d'aller le voir, histoire de changer d'air, elle m'énerve, et aussi parce que Fab' a franchement l'air dépressif... - quand Abi fut partie. L'ordre exact, on va l'oublier, d'accord ? Je ne m'en souviens absolument pas. N'empêche qu'au final, Dame Guernesey est revenue, mon frère a eu un acte héroïque et m'a aidé... Ca a terminé en match Briquet vs. Tazer...
Elle a failli tuer mon frangin quand même.



Pardon, j'ai les mains qui tremblent, ça doit pas être très lisible...
C'est le désordre dans ma tête. Comme toujours, j'ai envie de dire. Mais là plus que n'importe quel jour. Je ne peux lui pardonner que si mon frère le fait également... Je n'ai jamais été rancunier. Je ne crois pas. La seule personne ayant eu cette chance de recevoir toute mon mépris et ma haine, c'est l'autre, « grand-père » comme le dit Feliciano. C'est pour dire...



Pour vivre une vie paisible, il faut que je ne soupire plus, perde un peu en poids et que je sois entièrement dédié à ma belle... À y réfléchir, la vie paisible n'existe pas, ce n'est qu'une illusion, non ?
Ca casse mes idées...


… Futur Moi, j'espère avoir grandi dans ma tête d'ici là …
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Mer 27 Oct - 16:32

Voilà un bail que je n'ai rien n'écrit. C'est que je n'avais pas le temps. Maintenant, j'en ai peut-être trop. Il faut que je te parle d'une chose cruciale, du dernier trip Polonais, qui en soit, est un vrai enfer.
Mon bon Dieu... Est-ce le début de l'apocalypse ?

J'ai encore les hurlements dans la tête, j'ai encore ce fond sonore affreux et mon mal de crâne vient à peine de s'estomper. Je peux penser sans difficulté, mais y a toujours ses bruits assourdissant qui reviennent sans cesse... Tu sais, ses cris qui te disent à quel point ils ont mal. Ses cris qui aimeraient tant se taire, mais qui ne peuvent pas, tout simplement parce qu'ils en sont incapables. Et nous, inutile, dans le noir, à entendre sans pouvoir rien faire. Ca me dégoute...
Je ne sais pas qui détester pour ça. Russie ? Pour un maudit caleçon... Il est très franchement mal foutu dans sa tête... Seigneur Dieu, pourquoi avoir laissé sur Terre un tel être ? Le Diable aurait-il décidé de venir s'incruster dans ce lieu ? Quel enfer veut-il instaurer ? Le quotidien n'est-il pas déjà quelque chose de bien dur ? La souffrance des femmes pour donner la vie, et celle des hommes pour faire vivre le foyer, ne sont-elles pas suffisantes finalement ? Faut-il en rajouter avec … Lui ?
Je déteste détester. C'est idiot de dire cela ainsi, mais c'est le cas, je détester détester. Mais je n'ai pas le choix. Je me sens trop idiot. Moi qui avais gardé l'espoir que nous soyons quittes. Mais jamais. Jamais. Il voit le tord partout, et se pose directement en victime. Forcément, il suffit qu'on le frôle pour qu'il voit là une agression. Que l'on s'arrête devant sa chambre pour qu'il pense au pire des complots possibles...

Pour un caleçon, un maudit et crétin caleçon, il y a Chine qui a bien plus que souffert.
Et me voilà anéanti après un coup. Pas forcément physique... Bon, bien, si. Mais mentalement, je crois que ça se chamboule... De ma place, je vois mes pensées se modifier sans fin, je vois mes avis se transformer ou disparaître. De ma place, coincé sous ma couette, dans mon lit, la petite lumière allumée, la porte fermée à double tour – avec une corde tendue derrière et des punaises parsemant le sol bien sûr – je sens que dans ma tête, rien ne va plus.
Et il y a une question qui revient tout le temps. La seule qui reste aussi longtemps imprimés sur mes paupières. Comme au fer rouge... La seule qui me tracasse au plus au point, car le reste n'est qu'inquiétude. Chine, je sais que c'est affreux pour lui. Mais il n'y a pas de questions. Juste des espoirs et de nombreuses prières.
Mais …

Dois-je couper les ponts avec Feliks ?

C'est un ami. L'un de mes meilleurs amis. Qui m'a amené plusieurs à frôler la mort malgré tout. Il compte beaucoup pour moi... Mais quand j'y repense, je ne peux pas m'empêcher de pleurer. Et Dieu, Vous qui êtes dans les cieux, Vous savez à quel point il m'aie difficile de sécher ces larmes. Impossible même. Un peu comme un poignard en plein poitrine. C'est une douleur qui surpasse celles infligées par le Russe, qui surpasse même la peur que je nourris pour lui … C'est pire qu'un coup de poing lancé dans ma face, pire qu'une bouteille brisée au creux de mon ventre, pire que la corde qui se resserre autour de mon cou, pire que qu'une masse brisant mes jambes, pire que le bambou minutieusement planté sous les ongles, pire que l'estrapade, pire que la vierge de fer...
En réalité, je ne suis pas sûr de pouvoir dire que cela est pire ou mieux. Ce n'est pas la même chose. Ce que je ressens est mental, le reste est physique. On ne peut pas comparer sensibilité et nerfs qui s'emballent. Quoique dans l'instant, j'aurai préféré que le Russe s'amuse à me découper la chair.
De me savoir torturer plus qu'un autre apaise ma culpabilité, et de remarquer le contraire de mes propres yeux – ou oreilles dans le cas présents – m'alourdit l'esprit... Comme une boule dans l'estomac qui m'empêche de prononcer un mot et d'avancer une idée.

Mais que dois-je faire ? Cesser de lui parler ? Ce serait cruel. Mais je sais que mon cas va empirer. Après le radiateur où je fus seul, viens le spectacle audio. Et avec une bouteille m'étant passé dessus, c'était un tout autre monde...
Si j'avais écouté mon intuition ! Si j'avais pu … Non, j'aurais laissé Chine là. Rien n'aurait changé. Juste moi, et Feliks, mais cela est si ... Égoïste.
Allez, une dernière question avant que je ne te laisse. Ma tête bourdonne et il me faut me reposer...



La culpabilité d'avoir abandonner une personne sans voir ce que le triste sort lui réserve ou celle de n'avoir rien pu faire en assistant à sa descente en enfer ? Des deux, quelle est la pire ?

Au revoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Mer 17 Nov - 21:58

[Feuille trainant dans la chambre depuis presque deux semaines]
Je suis un idiot. Je devrais me flageller pour ça. Incapable de voir quand les gens ne vont pas bien... Feliks a raison, hein, dès qu'il y a Abi, y a plus rien autour. Oh, je suis sûr qu'elle ne trouvera pas là un défaut, après tout, je lui voue toute mon attention … Mais je creuse ma tombe.
Comme je lui avais dit. J'ai toujours cru qu'aimer quelqu'un était suffisant pour se sentir heureux, et que les liens affectifs deviennent alors obsolètes. C'est une pensée égoïste, celle que j'ai depuis que je sais marcher. Ca montre à quel point j'ai peu évoluer entre ce temps-là et mon arrivée ici – il y a combien de temps ? Une demi-année ? Le temps passe trop vite -. Et bien … J'avais tord. En aimant Abi, mes amis n'ont pas semblés moins important. Je n'irai pas dire « au contraire ». Non. Ils semblaient toujours aussi importants, et bien que j'ai réussi à vivre sans m'en soucier un moment, maintenant, ils me manquent beaucoup... Et je m'en veux énormément de les avoir délaisser. C'est égoïste, pas très sage et même très idiot.
Et quoi d'autres ? J'en ai parlé avec Abi. Mais je ne sais pas si j'ai été très clair, en vue de comment je m'exprime... Oh, et dire qu'avant, ce que je disais était clair comme de l'eau de roche, que je n'avais pas besoin de me répéter et que tout allait dans le bon sens ! Quand est-ce que ça a foiré ? Depuis quand la balance n'est plus équilibrée qu'avant ? … Ca, je le sais. Depuis fin mai. Y a tout qui déconne. Depuis que j'ai foutu les pieds ici...
Je vais pas remettre en cause le fait que je sois venu. J'ai pu mettre à jour ma philosophie qui commencait à prendre la poussière. Mais la « sagesse » qui faisait ma réputation dans le coin en a pris un sacré coup. J'ai été aveugle, et … Y va falloir que je me secoue. Je vais pas arrêter d'être Matteo comme ça, c'est impossible. Mais je peux arrêter de faire le con, et je crois que déjà, ça ira beaucoup mieux …

Quand je me relis, des fois, j'ai l'impression d'avoir une manière de m'exprimer différente que d'ordinaire... Peut-être...

Enfin. Pouce le temps. Faut que je réfléchisse... Parce que j'ai aussi décidé de mettre un terme à la dictature Russe qui commence, progressivement, à s'installer. Le pire, c'est que si ce jour arrive, on est tous foutu, parce que la révolution, elle est pas très envisageable dans un cas pareil. Il y a Ecosse, Lysander ou Lys, je ne sais pas comment l'appeler, il y a tellement de nom. Bref, Lui. C'est un peu le mec qui attend, la télécommande à la main, et qui clique sur le gros bouton rouge quand ça va pas comme il veut, libérant le Russe... Du moins, c'était l'impression que ça m'a donné l'autre jour. Quand j'ai pas bougé d'un poil, autre que ramener Belgique plus loin. Bref. Après, je suis pas sûr de tout, peut-être que ce n'était que ce jour-là, peut-être que ça vient de commencer, ou de terminer, cette attitude, j'en sais autant qu'un Ricain, soit : Rien.
Bref, analysons le cas Russie. La question du jour est : « Pourquoi un type agirait-il de la sorte, en détruisant tous liens sociaux tout en surprotégeant un nombre limité de personne ? »
Déjà, faut partir de la base, pourquoi quelqu'un détruirait ses liens sociaux ? Bon Dieu, de la psychanalyse ! Ca m'avait manquer d'étaler mes pseudos-théories sur papier, avant de les brûler... Parce que bon, c'est embarrassant, imaginez que quelqu'un tombe dessus ! Non, pire, Fabri' ! Parce que bon, c'est bien le seul dont je me soucie par rapport à ses mots, les autres, ils peuvent bien en faire des colliers même !
… Bref, je disais. Pourquoi ? Je pense déjà qu'il ne voit pas dedans quelque chose d'important. Soit il n'a jamais porté la moindre importance à ses liens, soit il a tout bêtement peur que ça craque. Ca arrive, ce genre-là de personne... Ils ont tellement peur de tout perdre, que forcément, ils brisent les autres avant qu'eux ne les brisent. Dit ainsi, cela peut coller à Russie, mais je ne vais pas non plus m'avancer sur un terrain que je ne connais pas. Mais pourquoi pas? Et s'il flippait tellement de voir les autres le détruire, qui les devancerait ? On a vu sa possession avec ses sœurs et même Lys, au point de briser la personne qui l'aimait le plus sincère possible (Oh, et quelle manière de briser si … Délicate …). Mais ça n'explique pas tout, ce n'est pas une raison pour nous frapper, les autres et tout ça … Autre chose ?
Cela peut expliquer les rires. Les rires... Ce jour-là, quand on ne pouvait, de la misérable salle de bain, n'entendre que ça entre les hurlements de Chine. Des rires. Aime-t-il tant que ça faire du mal à ce point ? L'autre jour, quand je suis allé voir dans sa chambre, histoire de … Parler (Et nous n'avons fait que parler d'ailleurs, hein, étonnant ? … Il devait être pressé.). Il essayait d'étouffer Grèce. Littéralement. Les mains sur sa gorge, et le pauvre qui agonisait. Je ne pouvais pas me jeter à corps perdu sur lui, cela aurait été inutile. Mais bon... D'ailleurs, j'ai la photo du truc. Quand j'arriverai à passer ça sur un ordi, je l'imprimerai (youhou, c'est le seul truc que je fais sans erreur, imprimer !). Bref.
Mais Grèce, il a pas un lien privilégié avec Biélorussie ? Je ne sais plus, il me semble, après, je suis pas plus au courant de ça... Peut-être ? C'est pour ça que Russie veut sa mort ? A moins qu'il ne fait que le tester, voir s'il est apte à être aussi proche de sa sœur ? Si protecteur. Parce qu'il me semblait bien que Grèce était son meilleur ami. Alors, pourquoi faire ça ? Je ne peux pas me poser en exemple... Même mon ennemi, je n'arrive pas à le frapper. Mais passons.

… finalement, c'est ça ? C'est un soliste qui a peur d'être seul ? J'ai limite l'impression que c'est tiré par les cheveux... Mais c'est ma seule théorie potable actuelle. Dû à une éventuelle enfance terrible ? Je ne suis pas trop au courant là-dessus et … Certainement ? Passons. Une autre fois...

En dehors de ça, je ne crois pas que j'ai quelque chose à dire en particulier.
Sinon, il y a un mouvement bizarre derrière les frontières... Mon territoire, bien qu'il soit petit, attire toujours autant... Bon Dieu, après 1700 ans, et plus, on essaie encore de grappiller mes terres...

PASSONS.
Au moins en majuscule, histoire que ça me motive à penser à autre chose... Mais autre chose quoi ?
… C'est bête, je n'ai plus rien à dire. Une autre fois alors.

Note pour plus tard : Surveiller Fab', il enchaine les conneries, et en vue de sa Sainteté, ça va faire qu'empirer...
Note 2 : Surveiller les Italiens. Ils sont en train de gratter dans mes économies, et à mort là ...
Note 3 : Essayer d'être plus ouvert. Et un poil plus social. Sinon, je vais finir vieux jeune homme dans une maison avec des chats, autour d'un pack de bière à regretter ! … Bon, ok, c'est un poil méga stéréotypés comme fin …
Note 4 : Trouver l'origine de la folie Russe. Un jour, j'y arriverai !

[ajouté au rouge il y a peu]
Et merde, il s'est planté.

[Feuille ajoutée à la suite après un bref rangement, datant de la veille]
Bien, très cher. J'ai voulu garder les soucis du pays loin de mes feuilles. Et pareil tout ça, et tout, et tout... Bien. Je suis heureux de t'annoncer que Feliciano veut ma perte. Et peut-être Lovino. Je sais pas trop qui est à l'origine de cette … Idée. Depuis Juillet, je dois déclarer toutes les transactions supérieures à une certaine somme relativement élevée, mais pas tant que ça en vue de ce qui rentre dans mon porte-monnaie. Inutile de dire que j'ai BEAUCOUP perdu dans la bataille. Mais je ne sais pas comment me comporter... Pour sûr, c'est une HUMILIATION que je subis là, un véritable harcèlement. Mais en même temps, ça reste légal. Et comme ça, je suis plus dans les listes noires, rapport paradis fiscal, tout ça. Si maintenant, on peut même plus faire sa petite affaire... Et tu sais... Les journaux vont même jusqu'à parler de mort pour mon pays.

Tiens, une idée. Je vais te parler de mes relations avec les frangins. Contrairement à ce que l'on croit, bien que j'y tiens, qu'ils tiennent à moi – surtout à mes terres, mais ça c'est autre chose – voilà, ils veulent me défendre, ils sont la pour moi … Il n'empêche, ça n'a pas toujours été rose. Le truc était que les deux ainés ont été un moment très attachés au « Grand-Père » - il est juste vieux – mais pas moi. Je vais pas vous faire un roman, je suis leur frère, le troisième, mais j'ai pas vécu avec eux. Direct parti ailleurs avec ma... Mère ? Pas vraiment ma mère, mais c'est elle qui m'a élevé et donné son nom. Bref, que de détails.
Les relations fraternelles... J'attendais les frangins, bâton à la main, devant chez moi. Je détestais qu'ils viennent, ça sonnait comme « ils marchent sur mes plates-bandes », je crois. Ça a été le cas à une courte période, quelques disputes avec Feli', vite réglées. Lovino, j'avais pas trop trop de contact avec lui, il est bien plus renfermé. Fabri', c'est un peu mon allié contre Feli', enfin, c'est dans cette optique que je me suis rapproché de lui, enfant. Je sais pas s'il le sait. Mais tant pis.
Avec le temps, je dirai avec l'adolescence qui est venu, ça allait mieux.
Mais cette histoire d'argent... Je dois voir ça comment ? On veut ce que je possède... Première fois, par la force, j'ai répliqué, j'ai gagné. La seconde fois, par la 'politique', ça a marché quelques jours, j'ai repris le dessus, j'ai gagné encore. Maintenant, c'est économique. Je sais pas si je vais m'en sortir... Mais je vais faire de mon mieux ! Le début, ça va mal, mais après, je vais reprendre le contrôle, et gagner !
Si si !
Hâte de voir ce qu'ils vont trouver pour la prochaine fois. Propagande ?

… Sinon, à cause de mes réflexions, je suis resté dans ma chambre. J'ai envoyé quelques sms à Abi, elle va mal, mais je ne peux rien faire...

… Bon Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Mar 7 Déc - 19:01

(écrit il y a deux jours )

Normalement, je suis censé le haïr. Ou le détester au moins, pour avoir craché mes défauts.
Ma lâcheté, mon hypocrisie, ma faiblesse... Tout ça. Et quoi que j'ai rétorqué, je sais que je ne fus pas à la hauteur. On me bat sur un terrain qui devrait être le mien.

Non, je ne le déteste pas. Je ne lui en veux même pas. Non, je suis plutôt... Déçu. Terriblement déçu. Blessé. Je ne suis pas en colère contre lui, mais contre moi-même. Je crois qu'au fond, que je l'aimais encore un peu. Un tout petit peu. Rien de comparable à l'amour que je porte pour Abi. Mais une dernière lueur. Comme un dernier espoir que le temps et un amour nouveau n'avaient su effacer. Hier, il a pris cher, ce dernier espoir. Je crois que c'est là que réside ma douleur.
Il a crié qu'il s'était déjà excusé. C'est la dernier chose que j'ai entendu, je suis parti avant la suite. Abi m'a demandé comment j'allais, je lui ai dit que je ne rentrais pas. J'ai erré un moment, pas plus d'une demi-heure, avant de m'arrêter.
Je crois que pour cesser d'aimer quelqu'un, il faut un coup fort. Un chagrin, et puis, plus rien. Sinon, comment cela marcherait ?
Un dernier espoir. C'est con. J'aime Abi. Je l'aime énormément. Mais j'ai espéré, en même temps. C'est idiot. Je n'espère plus rien. Je vais le laisser tomber. Définitivement. Ne plus jamais lui parler. Ne plus le considérer comme un ami … Ça va être dur.
Il n'y a pas de lumière dans le cœur, tout est une question d'ordres aléatoires et de prières.

J'ai posé des questions, à Fabrizio. Peut-on changer ? Et la lâcheté ? Et cette manière d'être têtu ? Combien de temps as-t-il aimé Freyr ? Il m'a dit qu'il ne savait. Qu'aujourd'hui, il l'aimait encore.
Est-il condamné à l'aimer ? Je ne suis pas un exemple, je ne peux pas le dire. Mais une personne ayant enchainé des dizaines « d'amours », as-t-elle cessé de tous les aimer ? Comment as-t-elle fait... ?
Il ne faut pas oublier. Oublier ne sert à rien. On oublie les moments de souffrance, mais également de bonheur. On ne peut pas se forcer à oublier ce qui nous a fait sourire, ce qui nous a fait plaisir. On le regrettera.
Merveilleuse culture cinématographique, n'est-ce pas ? Voilà, la mienne se limite à ce genre. Un type qui efface la femme qu'il aimait de sa mémoire. Et qui revoit, dans l'ordre inverse chronologique, les souvenirs qu'il a d'elle. D'abord les disputes... Puis les baisers. Les rires. Les sourires. Les odeurs. La joie. Le bonheur. Et il s'enfuit. Il se cache dans les souvenirs d'enfance, avec l'image qu'il a d'elle, pour ne pas l'oublier. Car il ne veut plus. Il l'aimait après tout. Et elle ne comprend pas. Elle n'est qu'une image, ayant les gouts de cette femme qu'il avait tant chérie.
Et il pleurait.
On voit tant de personnes qui pleurent, mais peu ont l'air aussi sincère. Il se débattait dans les draps de son lit, pour attraper le bras de cette femme, extirpée de force de cet havre lumineux. Il s'agitait, hurlait son nom, mais rien à faire. Il oubliait.

Oublier, c'est oublier. On ne se souvient plus de l'avoir vécu, on ne se souvient plus qu'on a oublié. C'est complexe.

Il y a des gens qui, au lieu d'oublier les souvenirs, veulent les supprimer d'eux. Faire comme s'ils n'existaient plus. Pas « n'avoir jamais existé », mais « ne plus exister ». Une image ?
Vous parlez à une personne. La voir vous fait souffrir. Comme un poignard dans les entrailles... Vous désirez qu'elle disparaisse. A tout jamais. C'est fait. Là où se tenait cette personne, le vide. Plus rien. Sa voix se tut. Vous aurez beau chercher, elle est introuvable. Dans votre champ de vision il y a peu, elle s'évanouit.

Vous savez quoi ? Vouloir oublier, c'est tenter de faire un trait, de passer à autre chose. Vouloir l'oublier elle, ne plus jamais la voir, c'est l'aimer encore. Je ne sais pas comment l'expliquer. Si la personne que vous aimez vous blesse, il y a deux réactions possibles : Le Pardon et la Haine.
Voilà pourquoi je trouve stupide de détester quelqu'un que vous n'avez jamais aimé.

Sauf exception.

Je me comprend.


J'ai peur de parler à Abi, personnellement, en privé. J'ai peur de re-croiser Feliks. J'ai peur de me briser. Tellement, tellement, que le Russe me tombant dessus me rassurerai.

Ce n'est pas demain que je redorerai le blason de mon pays.


Note, ; Il fait froid, dehors. Mais ça, je l'avais déjà remarqué hier. Malheureusement, je préfère cela à la petitesse de ma chambre. Je m'y sens oppressé depuis hier...


(écrit aujourd'hui)

Finalement, j'ai croisé, Feliks, je ne lui ai pas parlé, il ne m'a pas parlé, ça se sentait qu'il m'évitait, mais il agissait d'une manière sublime. Je m'explique. Toute autre personne pensera que je ne suis qu'un inconnu à ses yeux. C'est certainement ça. Soit il joue bien, soit il est assez honnête avec lui pour faire passer une personne du rang d'ami à celui de personne. À moins que je ne fus jamais son ami, mais cela, permettez-moi d'en douter.
Je n'ai rien à dire.
Abi me manque cruellement. J'aimerai la voir, juste elle. J'ai peur de ça, mais en même temps, c'est un manque, ne plus la voir sourire. Un sourire, ça semble bête, mais c'est suffisant pour faire tourner la tête d'un homme. C'est suffisant pour le rendre heureux. Suffisant pour qu'il vous aime.
« On se souvient d'une atmosphère parce que des jeunes filles y ont souri. »
Ce qu'un écrivain français a écrit. Le nom du livre m'échappe. Je crois que l'auteur est … Proust ? Je ne suis plus sûr.

J'aime cette phrase. Elle est jolie et juste. Je pense.

Ps : j'ai plus rien en poche, tout est passé en vêtements. Entre la virée avec Mari' et mes récents achats – jamais je n'ai cru en acheter autant en si peu de temps … - … Je vois enfin mon armoire sous un angle plus 'plein'. Bizarre. Étrange.
Ps-deux : J'ai acheté des trucs un peu flashys finalement, ça avait l'air pas trop mal, sans être aveuglant. Je verrai ce que ça donne.
Ps-trois : J'aimerai parler à Feliks, mais ce serait décalé, non ? Il me jettera certainement...
Ps-quatre : Je veux une nouvelle maquette ...
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Lun 3 Jan - 10:47

Cher Bidule.

Aujourd'hui, et de même depuis quelques jours, je n'ai plus le courage d'aller vers autrui. Disons plutôt, de me pointer dans la salle communautaire et tout le reste. Dès que je peux, je fuis les lieux. Je me balade. Je crois que je cherche une réponse, une solution. Mais rien ne vient …

Fabrizio a été renvoyé. Je crois que cela, j'ai du mal à digérer. C'est ce qui doit me hanter. Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c'est que cela m'a plombé de le savoir.
On m'a expliqué pourquoi. J'ai écouté ce qui se disait – c'est étrange de tendre volontairement l'oreille – et je crois que … Hum …
Je ne sais pas. Des animaux ? Tués que l'on m'a dit. Un coup de folie. Maintenant, je sais que Russie n'est pas le seul taré de l'Académie. Ce n'est PAS rassurant de savoir qu'au dessus de toi, il y a cette épée près à tomber. Déjà qu'à côté, c'est assez flippant, là … J'ai presque envie de fuir. Mais non. Après tout... Mon devoir est de rester ici jusqu'au bout. J'ai déjà tenu longtemps. Je dois continuer. Non ?
Et je ne peux pas laisser les personnes qui me sont proches. Peut-être ne suis-je pas un pilier important de leur vie, mais même. Je n'aime pas que l'on me quitte, je crois que... Je ne veux pas faire la même chose.
Fabrizio … Mais qu'a-t-il fait ? Qu'a-t-il fait de PIRE que Russie ? Lui n'a jamais eu pire qu'un mois enfermé. Et pour cause... Il a quand même, dans toute sa vie, manqué de tuer je ne sais combien de personne – sans parler du viol de Chine … -. Je veux dire... Pire que des tentatives de meurtres et tortures, il y a quoi ? Fabrizio n'a pas pu faire quelque chose comme ça, c'est insensé... Je veux bien croire qu'il n'est pas des plus nets, mais tout de même ! Je ne dis pas ça en tant que frère. J'ai assez de recul sur mes frères pour les voir, par moment, comme de simples camarades, voire des inconnus.
Bref.

Sinon, je n'ai pas grand chose à dire. Vraiment...
Bonne année, inconnu.

Nota bene : promis, je ferai un meilleur topo' des jours précédents la prochaine fois. Et promis, je vais me forcer à aller vers les autres et surtout à aller voir Fab'. Faut que je demande où d'ailleurs ...
Note deux : nouvel an passé dans un square avec comme tout ami, une fleur morte, je crois qu'on fait mieux. Au moins, j'ai l'air encore vie et j'ai pas bu une goutte de vin. Et NON. Pas de panettone. Irk.
Note trois : ne PAS oublier l'Épiphanie. Manquerait plus que ça ....
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Mer 5 Jan - 18:28

J'ai pu revoir Abi. Visiblement, si j'en crois ses dires – et j'y crois vraiment ! - elle ne se souvient pas du tout de Noël … Ce qui est, dans la logique des chose, plutôt inquiétant. Elle m'a dit aujourd'hui qu'elle était allé voir à l'hôpital, pour savoir s'ils savaient comment elle s'était retrouvé là-bas. Apparemment, elle aurait glissé et aurait donc chuté. Ce qui ne me rassure toujours pas. Elle me dit qu'elle va bien, mais qu'elle a mal aux bras, je veux bien la croire. Je ferai attention …
Ca m'inquiète tout de même. Qu'elle fut dehors, dans le froid. Elle a dû être allonger sur le sol un moment... Je me sens aussi stupide de ne pas avoir été avec elle, mais elle était avec une amie, et cela, je n'y peux rien... Je ne vais pas m'incruster sur la simple excuse que je m'inquiète pour elle. Elle a une vie privée. Et tous les couples essayant de partager jusqu'aux moindres recoins de ce jardin, perdent la bataille. C'est ce jardin qu'elle doit garder, et moi de même, afin que le mystère demeure, et que l'amour perdure. L'inconnu attire et de là nait le sentiment « amour ». Le mystère n'est pas forcément évident tout de suite. Une personne véritablement inconnue peut paraître anodine. Mais à force de la côtoyer, un désir de la connaître apparaît. Pour cela, je crois autant aux coups de foudre qu'en l'amour qui vient par le temps.

Hum. Je doute que cela fut fort passionnant à lire.
Sinon, Hongrie m'a encore offert un truc. Encore. En vue de ce que j'ai eu la dernière fois, je n'ai pas ouvert celui-ci, je l'ai directement jeté. Je crois qu'Abi a fait le rapprochement avec elle... Enfin, tant pis.
Oui, car la hongroise, tout aussi distinguée qu'Autriche semble le croire, a également quelques tendances à lire des livres illustrés si je puis dire ainsi, ayant pour sujet … Quelques épisodes allant … Sans hésitation contre les moeurs. Dur de trouver une formulation. Bref. Le cadeau, direct dans la poubelle, toujours emballé. J'espère que personne ne le prendra et qu'il finira dans une déchetterie. Le mieux. Brulé. Ha-HA !

Sinon, je crois que c'est à peu près réglé pour Thalia. Du moins, on en a parlé. Je lui ai dit que Thalia est une amie, certes spéciale car je la considère presque comme une soeur, mais que rien n'y changeait, elle reste une amie. Juste une amie. Peut-être aurais-je dû lui dire que personne ne la dépassera à mes yeux … ? Oui, certainement. Gardons ça de côté.
Et que dire d'autre ?
Ah hum. Elle s'est excusé pour Hongrie. Bien, certes, j'ai été … Hum … Comment dire... Bien... Bon, d'accord, je l'avoue, j'ai été jaloux d'elle. Mais … Enfin. Pas autant qu'Abi le fut, et je n'ai jamais eu peur qu'Abi me laisse pour elle et puis … disons juste que j'aurais préféré qu'elle n'est pas une amie aussi proche. Je suis un peu égoïste...
… Crois-tu qu'il faudrait que je m'inquiète un peu plus ? C'est possible qu'Abi me laisse pour une femme ? Enfin, je veux dire … Hum … Oublie.




Pardon, je t'ai laissé un moment, Freyr semble... Bizarre. Distant. Il y aurait-il un problème qu'il ne veuille me dire ? J'aimerai pouvoir aider, mais je ne sais vraiment pas quoi dire ou faire … C'est lamentable … Hum … Tant pis …
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Dim 16 Jan - 18:04

Cher moi, oui, j'apporte des nouvelles. Des vraies, peut-être pas marrantes, même pas intéressantes, mais fondées, véritables, bref, tout ça.

Et bien... J'ai parlé de Freyr la dernière fois, et je le trouve toujours aussi distant... On devait parler il y a peu, mais pour diverses raisons, je n'ai pas pu, et c'en est resté là. Finalement, je ne sais toujours pas. Il faudrait que je cause avec lui.
Ouais.

Puis, il y a Hongrie. Qui est plus que bizarre. Pire que Freyr. Après, je sais pas si ça va mieux depuis, je me suis pas vraiment attardé sur elle, elle a fui une fois, et la deuxième ... Je t'en parle plus loin. Donc. Hongrie. Elle est plutôt froide, glaciale ... Elle semble ne pas supporter le mot "nouvelle" et tout ce qui rapporte à son actuelle situation. J'aurais bien voulu qu'on cause de la Hongrie à la tête de l'UE, mais... Non, je n'ai pas pu.
Après, ne parlons pas politique. J'en ai rien à faire. Mon pays n'en fait pas partie, bien qu'utilisant l'euro. Yes. C'est le pouvoir des pays ultra petits - ne mentons pas -.
Je disais que la deuxième fois... Quand je suis venu, il y avait de l'agitation. Visiblement, Hongrie avait fait quelque chose à Abi. J'ai voulu l'éloigner, ou je ne sais plus du tout quoi ... Enfin. Je voulais protéger Abi. Peut-être. Mais elle a mal réagi, m'a dit des trucs comme quoi j'étais un type bien, mais que les sentiments, c'est éphémère, tout ça. Sur le coup, j'ai pas pigé. Elle est partie en courant, je suis resté planté sans un mot, puis je suis allé la chercher. Elle était sur le toit. On a parlé, rapidement. Elle ne voulait pas me dire ça, elle se cherchait, et Amber...
Oui, Amber. Je suis nul, je suis au courant de rien. Elle pourrait tout aussi bien avoir un cancer je ne sais où que jamais je ne le saurai. Parce que je ne sais RIEN.
Et c'est hyper gênant.
Bref. Résultat des courses, "tout va bien". Je sais pas. Ça me dérange un peu. Même si je suis content qu'elle ne le pensait pas... Un truc. Et cette histoire de se chercher, c'était bizarre. Normal, cependant. C'est de notre âge. Quoique. J'ai zappé une étape.

Et donc ... Freyr, Hongrie, Abi. Maintenant, Thalia.
Pour fêter sa sortie, disons ainsi, on est allé boire un coup. Enfin, de base, c'était que du choco' chaud et des crêpes. Je pense que l'habitude de sortir un rouge durant ses occasions a repris le dessus... Pis... C'est une nordique non ? Ca fait stéréotypé, mais je suis partie du principe qu'elle appréciait la bière. Et bah.
Elle supporte mal. Très mal.
Je crois que j'ai rien à dire. Il faisait froid, j'avais pas l'habitude de tout ça... Je me souviens pas de ce qu'on a fait. Vraiment pas. On pourrait avoir fait les pires conneries du monde comme une bête partie de cartes, j'en sais rien. C'est... Un vide.
Même si j'ai le sentiment d'avoir fait une connerie... En attendant, ne faisons pas attention à cela. Thalia semble se souvenir de bien moins que moi. Quand je me souviens d'avoir partagé mon pull - oui, c'est une connerie, il était neuf, et c'était pas ma copine avec moi - elle n'a plus rien à partir de la première gorgée.
Et ... Donc voilà.

De manière plus grave, Lovino me fait peur. Très peur. J'ai prié pour lui, je prie encore, et je crois que je vais continuer. Son Espagnol le lâche. Ou comment ne plus culpabiliser pour le ménage de printemps. Mais ça met Lovino dans un état pas possible. Logique. L'autre lui dit qu'il ne l'aime plus, mon frère continue de l'aimer. On a parlé, si on peut appeler ça parlé. Il cherchait une réponse que je ne pouvais pas lui amener. Pourquoi tout ça ? Qu'est-ce que j'en savais. C'est ainsi. C'est comme ça. C'est dur, mais faut s'y faire.
Et là, il m'a demandé une corde. J'ai tenté une voie plus douce : qui veux-tu ligoter ? / Ce n'est pas pour ligoter quelqu'un.
Je suis pas con. J'ai compris.
Alors je lui ai prié de pas ne faire ça. Et il me disait qu'il avait perdu "la seule personne qu'il n'avait jamais aimé".




C'est trop frais. Je crois. J'ai pas trop envie d'en parler. Il est beau mon papier. Je veux pas le tremper.

Il m'a promis de ne rien faire. Il m'a promis. Alors, il ne fera rien, non ? J'ai confiance. Il m'a demandé d'appeler l'Espagnol. Je l'ai fait. Globalement. Je sais pas ce qu'ils ont fait, je sais pas comment ça a tourné. Et ça me fout la trouille.

Tout ça pour dire... Que je vais retourner prier. Parce qu'au fond. C'est tout ce que je suis capable de faire. Me mettre à genoux, fermer les yeux et prier.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Dim 23 Jan - 12:56

Cher moi !
Ceci est un message tout à fait spécial en cas où tu t'ennuies en prison, haha !
Histoire que tu te rappelles l'origine de tes gestes. Je sais qu'avec la justice, on rigole pas, on essaie toujours de faire culpabiliser et regretter, mais là, pas question. Bien. Donc, pourquoi massacrer le Slovène à coup de pelle – à moins que tu as eu une meilleure idée entre temps ! - ? Parce qu'il a touché Abi. Et Thalia aussi. C'est un danger public. Le mieux pour lui est de finir rapidement six pieds sous terre.
Il est osé touché Abi. Et il est barge. J'ai pu le voir de mes propres yeux – bien qu'il n'est pas vraiment attaqué quelqu'un quand je fus là -. Il est barge. Oui, c'est le seul mec qui se met à répéter le mot « sol » pour essayer de penser à autre chose. Et à agresser presque les gens en leur demandant ce qu'ils pensent.

… J'ai essayé de mettre quelques punaises dans les chaussures d'Espagne. Voir s'il réagit, voir si ça marche. Bien sûr, pas les même que j'utilise moi. Ce serait trop... Facile. Non, un truc simple. Et les moins chères – bien sûr -. J'ai hâte.
Si oui, je trouverai un truc dans le genre pour le Slovène. Oh ! Et je t'ai trouvé une nouvelle cachette ! Oui, oui. Non, pas dans mes cours. Mais un cahier. Oui. Comme ceux que j'ai pour mes cours. Sauf que lui, je l'ai planqué dans ma valise. Tu sais, il y a un tissu pour cacher les trucs pour les roues et tout le reste. Bah, dedans. Y a une fermeture éclair dans un coin. Ca se voit pas trop, c'est l'endroit idéal.
Non, j'ai pas peur qu'on tombe dessus. C'est pas la symbolique – quoique, si Abi apprend que je m'exprime davantage sur papier qu'en vrai, pas sûr qu'elle apprécie -. C'est juste... Je sais pas. J'aimerai pas. Enfin, bref.

Abi.
Il faut que je lui parle davantage.
Que je lui parle vraiment. De tout et de rien, ce qui compte, c'est que je parle. J'ai eu peur hier ! Je ne parle pas assez. Mais dans ma tête, ce sont des notions, des images... Je comprend, mais le dire... Je ne peux pas !
Faudrait même que je fasse plus que parler. Je serais bien allé demander un avis, une aide, ais c'est tout sauf le moment. Quand je vois le nombre de coeur brisé qui augmente, je vais garder ma vie sentimentale – qui fonctionne, je crois – pour moi.

J'ai pas encore vu Lovino. Il faut que je le vois. J'aime pas les rumeurs. J'aime PAS.
Enfin, il est encore en vie. J'aurais été au courant de son décès dans le cas contraire. Mais même, je m'inquiète.

Je veux voir Fabrizio. Ca fait bizarre de plus le voir déprimer dans la salle. Ca me manque presque.

Faut que je bosse plus. Je crois mes notes augmentent un peu. D'un point. Allez. C'est déjà bien ! Mais faut plus.

J'ai trop de trucs à faire et à penser. J'irai pas dire que le temps où je n'avais que mes maquettes en tête me manque, mais … Peut-être un peu. Parfois.

Allez... Bossons.


ps : Ca va mieux avec Freyr, Hongrie est redevenue elle pour recevoir un poignard au coeur de suite après.
Bref.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Ven 28 Jan - 8:00

Le temps passe vite, non ? Bientôt le mois de janvier sera terminé. Février arrive et… Le 14 aussi.
… Dire qu'avant, je n'en avais cure et je n'y prêtais pas attention, voilà que cela me stresse au plus haut point …

Bref.

Hier, coup de bol, j'ai pu voir mon frangin (Lovi') et Abi. Le premier était encore en vie. J'ai eu si peur, surtout en vue des rumeurs qui circulent sur lui ! Enfin, je n'étais pas sur ce que c'était lui, mais maintenant, si. Je lui ai fais promettre que la prochaine fois, je veux être au courant de sa moitié avant cette personne même. Histoire que je sois sûr qu'elle ne lui fera pas de mal. Ca m'énerve quand je sais que l'autre avait promis…
… Mais pourquoi personne ne tient ses promesses ? C'est impossible ici, il y a un truc qui fait qu'on passe à côté ? Ca m'énerve. Il doit n'y avoir que moi qui y porte autant d'importance… Certainement !
Enfin. Sinon, il a pu me dire que la Hongroise aller bien. J'hésite entre la bonne et mauvaise nouvelle. D'un côté, c'est vrai qu'elle ne méritait pas ça, mais de l'autre… Ca fait toujours des jours de moins à l'éviter. Si elle se rétablie vite, je sens déjà les bouquins qui fileront jusqu'à mes mains. Et ça, c'est flippant.

Bref.
Courte discussion avec Abi. Elle se souvient de tout ! Enfin, ça me fait plaisir que mes anciens cadeaux lui plaisent, et qu'elle s'en souvienne.
C'est la personne qui me blesserait le plus en me trahissant, sans aucun doute, bien plus que mes frères. Ca me fait bizarre comme réflexion. Mais je crois bien que c'est ça.


Allez, pour terminer :
~ Le savais-tu ? Si Marino, "fondateur" de mon pays avait eu une épouse, certainement le pays n'aurait jamais existé. Sa femme le harcelait à un tel point qu'il a fui sa ville pour venir en Italie. Elle aurait été aimante qu'il n'aurait jamais quitté son foyer.

Sinon, j'ai retrouvé une vieille photo ! Seulement, elle est déchirée, alors je l'ai envoyé au pays. Peut-être que Mamma en a une copie …
J'espère bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Sam 29 Jan - 11:01

Et voilà. Je me retrouve à commander des costumes de pingouins. Tout ça parce que j'ai sorti une connerie et que Feliks l'a prit au sérieux. N'empêche, c'était adorable comment il s'emballait.
… Pardon, je me giflais. Je disais. Que j'ai commandé. Enfin, pas encore. J'ai trouvé la page – internet, ouii, j'ai un ordinateur – mais j'ai rien pris. Pas que je sache pas. Juste qu'au fond, je sais pas si c'est vraiment mature tout ça.

Je t'explique. On cherchait un(e) éventuel(le) copain/copine pour Sir Freyr – enfin, surtout Feliks – quand Sir est arrivé. En fait, on trouvait pas grand chose, quelqu'un de gentil et doux, mais ayant du caractère (un peu comme mon petit frère qu'il disait, Feliks), c'est pas facile. Et au fond, j'avais pas spécialement envie de chercher, je crois que j'ai vachement de mal à voir Freyr avec quelqu'un d'autre que Fab', dans mon esprit, c'est Eux et pas autrement. Va falloir que je commence à arrêter, que je m'y fasse. Ils sont plus ensembles depuis longtemps, et Fab n'est même plus là.
… Me manque...
Enfin... Bref. Feliks parlait du frère à Chine, Corée, mais je ne le connais pas. Corée, Corée... Laquelle de Corée ? J'ai pas demandé, je sais pas si c'est vraiment important. Quoique. Si quand même. Foutez pas un du Nord avec Freyr, il a beau être nordique, pas sûr qu'il tienne...
Et Sir est arrivé. Alors Feliks a dit qu'on parlait de pingouin et on a tous dit « couac ». L'histoire des couac, c'est après. Du coup, j'ai pas trouvé plus intelligent à dire pour un semblant de conversation normale que « On devrait faire une journée du pingouin, ils le méritent bien » ou un truc comme ça. Ca a trop emballé Feliks, il a commencé à dire que c'était une « Idée Totalement Trop Cool » - de quoi me faire flipper, j'ai pas envie de devenir une machine à « Idée Totalement Trop Cool », quand on vit celle de Feliks -. Du coup, il m'a demandé une date, j'ai dit le 29 février – parce qu'une fois tous les quatre ans, c'est déjà beaucoup – et il a dit que c'était pas rond et a choisi le 30. Je me suis retenu de lui dire qu'il n'y avait pas de 30 février, mais au fond, c'était mieux comme ça, alors j'ai accepté. Chine aussi sur le coup, puis il a tilté au bout d'un moment et a dit que ça n'existait pas. Tant pis, il y aura une journée du pingouin tous les 28 février.
Pour cette raison, je dois fournir des banderoles et costumes de pingouins. J'aurais l'air brillant en allant les chercher et les planquer dans le dortoir. Alors, j'hésite à commander. Parce que si je fais ça, c'est à l'académie que ça envoie. Et je suis pas sûr que le directeur apprécie de recevoir des costumes pingouins. Peu de chance. Quoiqu'avec un bol d'enfer, il peut les essayer.

… Ah non, images mentales affreuses, c'est horrible...
Je disais. Des costumes. Pingouins.



A part ça, il y avait de l'agitation entre Abi et Feliks, mais rien de méchant de ce que j'ai vu. Et j'ai pas compris de quoi il retournait. Enfin. Je devine, mais je préfère croire que non. Entre Feliks qui criait que c'était mal vu tout ça, et Abi qui répondait que les perçings, ça avait la classe ou un truc comme ça … Oui, bon, faut pas que je me voile la face non plus. C'est juste que ces trucs, c'est pas ma tasse de thé – quoique généralement, je préfère le café. Mais j'ai pas trop suivi la suite, je causait au frangin.
Déjà qu'Abi s'est coupé les cheveux … Ah oui. J'aime pas personnellement, mais ce sont ses cheveux, je peux pas la forcer à garder sa coupe d'avant si elle aimait pas. Je lui ai dit qu'elle faisait comme elle voulait. Ca me rend quand même triste, elle était bien plus jolie avant... Enfin, elle est toujours jolie ! Elle l'est pas moins, elle ajuste moins de charme... Non, pas de charme … C'est quoi le mot...
Faut que j'arrête. Je le dis – ou écris en l'occurrence – clairement, je la trouvais plus jolie avec les cheveux plus longs, ça avait un certain charme. Mais ça ne veut pas dire qu'elle est fade aujourd'hui. Elle sera toujours jolie pour moi.
Enfin, voilà. Tout ce que j'ai à dire autour d'un coupe de cheveux. Ca me prend des lignes. D'ailleurs, faut que je note, ne pas les confier à Mari', les miens. Ils sont tout bien naturellement, enfin, je crois. Okay, ça fait désordre, pas rangé, pagaille, en plus, ils ont tendance à boucler léger – quand ils ont un peu de longueur – même s'il y a pire ou plus. Même. Mes cheveux. A moi.
Une des raisons du « pourquoi je peux pas forcer Abi à garder sa coupe d'avant », je supporterai pas qu'on me demande de couper les miens.
Et voilà.


Et sinon. Lovino. J'avais zappé, mais là, c'est une big great neeeew ! J'ajoute le mot qu'il m'a laissé ici, je souriais comme un abruti en le lisant. Oui sourire. Je crois que je vais très sérieusement finir par faire une claquage. En tout cas, j'ai les joues toutes fatiguées à force, j'ai pas l'habitude moi !

Spoiler:
 

Et voilà. Hongrie. HONGRIE.
La pauvre. En même temps, il est cruel, l'autre. Autriche. Même si je continue à penser que c'est un grand homme qui peut aller loin dan son art – art quoiqu'abandonné depuis quelques temps – je trouve horrible son comportement à l'égard de Hongrie. Elle l'aimait follement …
Après, je crois que je ne réagirais pas comme ça. Mais il aurait pu lui dire en face et tout de suite ! Et pas devant tout le monde comme l'autre abruti d'Espagne. Pauvre pays.
Je crois qu'il y a un stade où il faut savoir se faire une raison. Lovino et Hongrie étaient tellement aveuglés, qu'ils ne purent sur l'instant, je crois. Si Abi m'avait dit quelque chose de similaire – enfin, c'est presque ça, la dernière fois, presque – je ne suis pas sûr de réagir calmement. Qu'est-ce que j'aurais fait ? J'aurais pleurer, ignorer, crier, implorer qu'elle me dise ce que j'avais fait de mal ? Dans l'instant, je serais à lui dire que je lui souhaite courage et que si elle se lasse de l'autre, ou qu'elle se lasse seul, même sans aucun sérieux, je serais là à attendre.
… Je prie pour ne jamais dire ça. Jamais. Je prie et je m'aveugle pour me faire croire que cet amour peut être éternel. J'espère.

… Lovino. Je m'égare. Lovino. Je lui ai dit ce que je pensais. Elle est folle. Des hobbies bizarres. Mais pas méchamment. Je pense que ça peut marcher. Non ? Il semblait hésitant. Je lui ai dit « Tu es un italien, fonce, drague ». C'est vrai quoi. Y sont pas connus que pour leurs pâtes. Je lui souhaite tout plein de courage. Au pire, je suis toujours là.



Et voyons voir … Je crois que c'est tout …


Ah si. La fois où je me souviens plus trop de ce que j'ai fait avec Thalia. Dehors, là. J'y avais pas pensé du tout jusqu'à aujourd'hui, et je sais pas pourquoi, depuis quelques jours, ça me revient. Elle se souvient de rien du tout, mais vraiment rien, tandis que j'ai des bribes. J'aurais préféré n'avoir aucun souvenir, c'est plus facile. Mais j'ai ce mauvaise pressentiment. Je me demande si je l'ai pas...
Genre... Embrassé ?
Oui, je sais, il y a vachement pire, c'est pas grand chose. Mais c'est déjà beaucoup par rapport à Abi, surtout que Thalia, c'est juste une amie, ya rien, je l'aime bien mais pas aimer tout court. Et elle ne m'attire pas. C'est juste une amie qui a, certes, quelques charmes, mais qui n'a pas dérober mon regard d'Abi.
… Mais merde ! J'espère que ce n'est pas ça. Même si plus j'y pense, plus je trouve ça possible. Mais ça, ça doit être ma logique non ? De peur de faire pire, j'accepte tout et n'importe quoi. J'aurais dû me persuader que je l'avais giflé, c'est mieux pour ma conscience …
Enfin, tant que je suis pas sûr... Et ça remonte un peu … Non, je ne pense pas en parler à Abi. Je sais pas, je veux pas qu'elle le prenne mal. Okay, je devrais. Mais je sais pas.
J'ai pas envie de demander aux frangins, c'est un point de vue trop... Interne ? Ils me connaissent, je crois, au moins un peu. Je demanderai à Hongrie. Elle est amie avec Abi, elle devrait savoir … Quoique. Elle lui dirait quelque chose ? Feliks ? Pareil. Hongrie ou Feliks, les deux me semblent corrects. J'irai voir le premier que je vois …


Oh, et puis. Mamma au bout du fil. Elle a la photo, mais elle attend de faire une copie pour me l'envoyer. J'ai hâte.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Lun 31 Jan - 17:52


__page brulée sous spoiler__
Spoiler:
 
... Pingouin.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Ven 4 Fév - 18:45

J'ai relu la dernière page. Ca craint. J'ai brulé ça.

Je n'ai pas envie d'oublier. Les gens disent "C'est fini, je brule ses photos.". Non. Ca fait mal, mais au final, il y a eu trop de moments heureux pour oublier.

Je l'aime encore. Et quoiqu'elle fasse, je l'aimerai encore. En secret ou pas. Dans mon coin. Loin. Sans lui parler pour ne pas la gêner. Mais je l'aimerai encore. Longtemps. Parce que je l'ai promis, parce que je ne l'ai jamais autant aimer. Et ce n'est pas les larmes qui coulent sur mes joues qui diront le contraire.
Je l'aime.
Je l'aime.

Je suis idiot. Ca finit toujours comme ça. J'aime une personne qui de toute évidence ne sera pas mienne. Abi ne le sera plus.
Aimer encore, c'est tourner la page ? Je ne ferai plus rien. Je ne lui parlerai plus. Pour son bien. Je ne tenterai rien. Pour son bien. Car sinon, je lui ferai mal. Ce n'est pas ce que je veux. Je vais oublier mon cœur pour elle.


________________
Lovi a dit oui pour les pingouins. M'en fiche, il revient plus dessus.





Il pleut dans mes yeux. J'ai pas de parapluie. Demain, je serai rouge.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Jeu 10 Mar - 14:47

Il y a bien longtemps que j'ai cessé d'écrire. J'ai enchainé les déprimes et les conneries. Ce que je souhaite oublier.
Aujourd'hui, il fait beau. Et je crois que dans l'instant, je n'ai jamais été aussi heureux. Il n'y a pas de raisons à ça. Je suis heureux. Point. Je ne vois pas pourquoi il y aurait un évènement qui me rendrait aussi … Bien. Non. Il n'y a rien. Tout va bien. Tout va bien.

J'ai souri tout à l'heure. Je veux dire, de manière naturelle. Sans me forcer, ni rien. Je me suis levé, je suis allé à une fenêtre, et je me suis dit "Une belle journée" et j'ai souri. Pas le large sourire de Feliciano, plus petit, moins conséquent. Mais bon sang, un sourire !




La fête du pingouin, plus jamais.

Y a un type dont j'aimerais refaire le portrait, mais ça, je ne peux pas. Parce que premièrement, en dehors de mes frères, je ne me suis jamais battu (non, le Russe, c'est lui qui me frappait sans que je riposte, soit, je ne me battais pas, nuance !). Voilà. Et deuxièmement, je n'ai pas de raison valable. Enfin, si, Abi. Mais je suis qui pour réguler sa vie privé ? Personne. Enfin, un ami. Ma jalousie au placard.
N'empêche, j'irais bien le frapper.

Et puis ? Lovi ? En ce moment, j'en entendu plus parler. Enfin… D'après ce que je sais, il est à l'hosto'… Il faudrait que j'aille le remuer. Si j'avais pas cette tonne immeeeense de boulot à terminer. Et si j'arrivais à trouver un truc à lui dire. Depuis que je lui ai dit pour le truc, je sais trop pas quoi lui dire. Je reste, comme un idiot, planté devant mon téléphone. C'est que, je le croise plus vraiment.
J'ai tendu l'oreille. Pour savoir que ça continue avec l'Espagnol.
Et lui, j'ai droit de le frapper ? Dîtes, dîtes ? Et mon frère ? Je peux le remuer jusqu'à ce que son cerveau se décide à marcher dans le bon sens ? Et l'Autrichien, je peux l'amputer, histoire qu'il ne mette pas ses mains partout, le piano, c'était déjà amplement suffisant ? Et la hongroise ? … Ah non, pas la Hongroise. Vrai, dans l'histoire, elle a rien fait. Pauvre fille. Et quand je pense au Truc, ça me met mal. Mais vaut mieux pas qu'elle sache. C'est mieux. Je crois.


Bref. Tout ça pour dire que … Tout ça pour dire que … C'était carnaval. Finalement, pas pu sortir de l'académie. Foutues règles strictes. En compensation, Mamma m'a envoyé des photos.

Mamma… Je l'appelle encore comme ça. C'est pas vraiment ma mère. C'est juste celle qui m'a élevé. Je sais pas pourquoi - Mamma me dit "Parce que tu étais catholique", mais vraiment ? - mais j'ai très vite quitté le nid. Donc, la vraie mamma et papà. Mais au fond, on s'en fout. Mamma, c'est celle qui m'a élevé. La seule qui peut prétendre être ma mère.
Et oui, tadam, tu viens de découvrir pourquoi les frères ritals n'ont pas le même nom. Surpriiise.

… Il faudrait que je songe à travailler tiens. Et à sortir un peu. Je vais finir par avoir les cheveux blancs… À mon âge, ce serait pas raisonnable …




J'ai rayé une partie, qui n'est … Enfin, si, encore d'actualité. Mais les choses… Changent en restant d'actualité, ok, je sais, c'est bizarre, même moi, je suis pas sûr de comprendre ce que j'essaie d'écrire. Disons. Plutôt …
Jolie dispute tout à l'heure. Vraiment.
L'idiotie est familiale, à croire.

Je sais pas quoi faire pour l'aider.
Je sais pas quoi faire pour lui ramener le sourire.
Pourquoi ? Pourquoi je suis né cadet ? Je n'ai jamais aussi peu représenté mon pays de toute ma vie. Je suis sensé être réfléchi, diplomate ! Je veux dire, on est connu pour ça, pour notre calme, notre sérieux… Plus j'avance, plus je me dis que non, je représente mal mon pays. Allez, bon sang !

Si les choses tournent mal, j'assassine quelqu'un chez moi et je me la coule douce dans les Seychelles. Non, pas les îles. La prison de chez moi, comme les italiens voisins ont pris l'habitude d'appeler ce bâtiment unique.
La classe.
Parait qu'en ce moment, y a qu'un seul gars là-bas. Je pourrais lui tenir compagnie.




Mais non. Cela dit, ma moyenne remonte. C'est pas mal. On va dire que j'ai pas bossé pour des prunes.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Sam 23 Avr - 5:16

Voilà, encore une fois. Ca va faire un mois, un seul petit mois, et je me paume déjà dans mes idées. Feliks est sympa, il m'a pas mal aidé sur le coup, mais je vais pas non plus continuer à l'embêter avec mes soucis comme ça. Il ne m'en parle pas vraiment, mais enfin ...
Bref. Déjà ... Abi m'a mis au courant d'une chose que ... Je ne savais pas encore. Logique. Mais j'aurais préféré tout, sauf ça. Tout de même. C'était super gênant et je ne savais vraiment pas quoi dire. Je parle de Sado-masochisme. C'est hy-per-gê-nant. Mais ça l'a blessé que je réagisse par bugs - en même temps, qu'est-ce que j'allais dire ?! -. Il va falloir que j'apprenne à .... Disons, m'ouvrir un minimum, ne serait-ce que pour ne pas partir en mode tomate muette à chaque nouveauté que je n'avais pas vu envisager. En même temps, j'aurais pu comprendre seul, si je n'avais pas bloqué cette éventualité. C'est idiot de ma part de réagir comme ça.
Et Feliks qui me sert un discours sur ma considération de moi-même et le fait que je mette Abi au milieu de tout. Bon. Certes. J'avoue avoir eu du mal à comprendre au début, et il n'a pas tout à fait tord. Cela dit, quant à mettre tout ça en application ... C'est autre chose. Je suis sensé dire ou faire quoi maintenant ? Tout est trop nouveau. Saleté de nouveauté. Et saleté d'éducation religieuse.

M'enfin.

Sais-tu, Feliks continue sa recherche de cobaye. La petite Monaco. C'était assez bien parti - je veux dire que je m'efforcer de réguler tout ça - mais j'ai dû partir et ... En vrai, je me suis cassé la gueule dans les escaliers, mais à la limite, je préfère pas que ça se sache. Enfin, le tout est que je ne suis pas revenu et que ça a un peu déconné. Visiblement, France n'a pas trop apprécié le résultat. En même temps, des goûts aussi divergents ( Feliks et France quoi ), fallait pas s'attendre à ce qu'il trouve ça superbe. Pauvre Monaco.

Mon frangin est trop indécis. Et mon frangin vient de partir en délire "ONZE MAI". STOP. Voilà pourquoi je déteste aller à Rome ! Les romains sont tous comme ça ! Il suffit d'une rumeur et tu créais la plus grande crainte. Tout le monde y croit ! Comment croire à un tremblement de terre en étudiant l'alignement des astres ? Et si Dieu voulait vraiment nous retirer de la terre, il n'attendrait vraiment pas la moindre alignement, il fera ça à la NOÉ.
Trop.
Et je crois qu'il est temps de m'écarter de mes frères. Le temps est au patriotisme, et je suis décidé à suivre la masse. Pour changer, tiens ...

... J'ai vraiment rien à dire de plus. J'avance difficilement dans ma maquette. Lentement. J'ai déjà cassé l'ensemble trois fois ... Mais je me coupe plus, c'est déjà ça ... Je crois que le cassage de gueule dans l'escalier m'a suffit...

Il va falloir que je prenne sur moi, plus qu'avant. Mais pas tout à fait comme avant.







Je retourne travailler. Peut-être que ... Je trouverais de quoi écrire.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
San Marino/ Matteo B.
San Marino
avatar

Messages : 71

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
10/50  (10/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   Dim 8 Mai - 19:36

Je pense qu'un bilan s'impose. Sans aucun doute.

Sais-tu, futur moi, toi qui lis ces lettres et qui ris de tout et de rien. Qui te dis que j'ai été idiot de m'inquièter de tout ça ou que j'aurais dû faire bien plus attention. Toi qui te dis, peut-être bien, qu'il s'agissait d'un temps doux et agréable ou peut-être, un véritable enfer. Je ne sais pas. Je ne sais pas ce que tu es. Je ne sais même pas ce que j'aimerais que tu sois. J'aimerais tout d'abord que tu sois, mais est-ce que tu seras ? Peut-être qu'il n'y a pas de futur moi qui liras ces fichues lettres, peut-être bien que je perds mon temps à les écrire.

Peut-être que demain, je vais glisser dans les escaliers. Je vais me rompre le cou et serai donc, très officiellement, plus de ce monde. Ou peut-être que si, par miracle, mais je resterai le restant de mes jours dans un lit d'hôpital, les yeux perdus dans le blanc des murs. Ou peut-être que je m'ouvrirai juste le genou, je marmonnerai que ça fait mal et j'oublierai l'accident aussi rapidement qu'il est arrivé.

Voilà, c'est l'instant incertitude. J'ai bien le droit à ces petits moments raréfiés par le temps et la maturité dit-on ...

Non, je ne cherche pas à éviter ce qui me pèse sur le cœur. Ou peut-être bien que c'est tout à fait ça. Il est arrivé quelque chose à Abi qui me trouble vraiment. J'ai beaucoup réfléchi, du moins j'ai essayé, en tentant d'écarter ma jalousie. C'est quelque chose qui n'a rien d'aisé mine de rien. J'ai beaucoup souffert à ignorer mes désirs. Si je n'écoutais que mon cœur, il y a bien longtemps qu'un certain slave aurait retrouvé dans son repas du midi quelques épingles, dans ses chaussures des punaises et à sa gorge un cutter. Mais ma raison est ce qu'elle est. Je n'ai encore rien fait de tout cela. Je suis dans une grande école, la plus prestigieuse de toutes sans nul doute. Je représente un pays qui a sa fierté. Et pour mon pays, et pour ma propre carrière, il vaut mieux que je garde ce genre d'idées dans ma tête et que je raisonne.
Alors, j'ai tenté de raisonner. Mais comment raisonner de manière objective quand la personne le plus chère à mes yeux s'est ainsi faite manipuler ? Presque une seconde fois par la même personne, j'ai envie de dire.

Elle est arrivée en pleurs.

Non, pas tout à fait. Quand je suis arrivé, elle commençait à fondre en larmes. Contre Feliks. Je n'ai pas bien compris. Elle a expliqué.

Elle avait bu. Et avec ce ... Allons, un peu de respect. "Slovaquie". Qu'il aurait tenté d'abuser d'elle. Et Feliks qui bouillait à côté, ce n'était pas bien facile d'interroger Abi. Je ne voulais pas la choquer, mais il me fallait ce témoignage encore "chaud" si j'ose dire. Tout à fait, tout de suite après.
J'ai reposé la question, après, elle n'avait plus le moindre souvenir. Elle m'a dit, elle ne se souvient que d'une chose : il l'aurait insulté et elle aurait répondu en le frappant.
Qu'est-ce que je peux faire avec ça ? Il n'a pas eu le temps de faire quoi que ce soit et elle, l'a frappé suffisamment, visiblement, pour qu'il ne puisse pas la suivre. Qu'est-ce que je peux faire avec ÇA ? Rien. Aux yeux de la loi, il n'y a rien. Rien qui puisse se faire.
Alors, qu'est-ce que je dois faire ? Suivre bêtement mes envies et faire payer à ce ... cette personne ou suivre ce que mon pays attend de moi, une justice implacable, et soit, chercher une solution orale plutôt qu'une vengeance physique ? Et s'il a vraiment fait pire que ce qu'elle m'a dit ? Et s'il n'a rien fait du tout ? Et s'il s'est passé exactement ce qu'elle m'a dit ? Et si, MERDE, je me fais des histoires ? Et si Feliks décide d'agir quand même ? Et si ça dégénère, encore une fois ? Et si la vengeance qui arrivera encore après est encore pire ? Et si finalement, ce n'est que le début d'une saleté de cercle vicieux ? Et si ça me montait trop à la tête ?

Je suis censé faire QUOI ?!










Abi, Abi, j'aimerais te venger. Abi, j'aimerais rendre justice. Mais Abi, je n'ai que 17 ans. Et c'est un âge entre deux mondes. Je suis trop jeune pour me soucier des affaires "d'adultes" mais déjà trop grand pour m'attarder sur des "pensées d'enfants". Mais alors, je fais quoi ? Je suis censé réagir comment ? Trop jeune pour être mature, mais trop âgé pour être naïf ? Le juste milieu ? Et il fait quoi, le juste milieu ? Alors ?
On me dit : Prie. Mais c'est ce que je fais, je prie, tout le temps, tous les jours, je ne loupe pas une soirée ! Une fois par semaine, la messe, une fois par semaine, le chapelet ! Ce n'est pas suffisant ? Il faut plus ? J'ai la foi, j'ai la foi, j'ai encore la foi, mais je perd cette foi.
Je me perd dans ma propre raison.








Abi, Abi, tu me pardonnes de fermer les yeux dessus ? N'approches plus de lui, plus jamais. Plus d'un pas. Abi, Abi, me pardonnes-tu ? De ne pas être la moitié qu'il t'aurais fallu ? Je suis lâche, terriblement. Tu dois le savoir. Je suis lâche, terriblement lâche, horriblement même. Je fuis devant tout. Je fuis même devant mes propres envies. Je menace, mais ai-je un jour agi ? JAMAIS. Je ne peux pas !
Abi, tu sais, on a beau me mettre en garde, ça ne sert à rien. Parce que même si ce n'était pas le cas, je n'agirais pas plus.
Tu sais, Abi, ma lâcheté, cette lâcheté, celle de chez moi, que j'ai tenté, comme eux, de camoufler par de beaux discours. Tu sais, elle est lourde à porter. Et ce n'est pas la rhétorique qui m'aide à l'alléger. Tu sais, j'ai tout essayé, mais rien n'y fait. C'est dur, c'est lourd, c'est un poids qui ne veut pas partir. Alors, Abi, Abi, si la raison peut m'aider, si la foi le peut également, je m'y adonne. Me pardonnes-tu ?










17 ans. Qu'est-ce que je ne ferais pas pour n'avoir qu'un an de plus. Maintenant. Une année, rien qu'une année, aussi simple qu'une année. Mais une année qui fait toute la différence. À 18 ans, je serais adulte. Pas ici, peut-être. Chez moi. Ailleurs. Peut-être pas ici. Mais 18 ans. Un grand âge, non ?
17 ans ...

Dix-sept.









J'ai honte. Saint-Marin, j'ai honte.
Tu as été lâche. Je le suis tout autant.










Doit-on être parfait pour représenter au mieux un pays ? Je le pense. Si c'est véritablement le cas, le Canada doit avoir honte de son représentant. Tu mérites bien plus, amas de cabanes. Tu mérites un représentant en or, pour tes quelques arpents de neiges.










Et tu crois que la Russie mérite mieux ou non ? Je ne sais pas. Je n'ai jamais cherché à savoir.


Ô Canada ...










Je n'ai plus mal du tout.
C'était l'anniv' de Feliks.

J'avais rien à lui offrir. J'avais ... Oublié. Je mérite d'être pendu ...




... Je ne connais pas vraiment les bâtiments polonais ....



Je vais me renseigner... Peut-être... J'ai de quoi faire encore... Peut-être que je peux y arriver... J'ai le temps ...















Ca m'empêchera de réfléchir. C'est parfait.
Revenir en haut Aller en bas
http://happyfroddie.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lettres pour mon Moi Futur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettres pour mon Moi Futur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 3 lettres pour 3 mots
» 3 Lettres pour 3 Mots
» Des idées pour la reconstruction
» Profil d'un futur Premier ministre
» Lettres de nos poilus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✯ Académie Hetalia ✯ :: École :: Ailes de Repos :: Journaux Intimes-
Sauter vers: