AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les vagues du temps n’affectent pas que les grands [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les vagues du temps n’affectent pas que les grands [Libre]   Lun 18 Oct - 18:49

    En arrivant sur la plage Gwen sourit doucement, une petite brise au parfum Iodé est salé l’accueillit sur cette plage visiblement déserte. Le vent s’amusait dans les boucles rousses de la professeur. La mer… Elle lui avait tant manqué. Gwenaëlle s’assit sur le sable et regarda les vagues, cette couleur orangé, du au coucher de soleil, mélanger au bleu marine de la mer était toujours aussi surprenante. Ce calme et cette solitude, autrefois aurait fait pleurer Gwen … Et ces problèmes actuels …s’y prêtaient… Elle aurait pleuré, parce que son mari l’avait trompé, parce que son fils la détestait parce que son frère avait disparu … Parce que … Parce que…

    Rien ne lui rendrait sa vie d’avant, rien ne changerais rien, et pleurer ne servirait a rien. Avec le recul Gwen se rendait compte qu’elle ne s’était pas trop mal débrouiller. Elle rebâtissait, peu à peu, sa vie détruite pas le chagrin. Au fil des jours et des rencontres en tout genre, la Britannique se reconstruisait. Essayant de pardonner à Germania, gardant néanmoins l’amertume, la douleur de se sentir trahie ne partirait pas aussi vite que les reproches. On n’oublie pas facilement les blessures qu’on s’est faite.

    Gwen passa sa main sous le sable et toucha quelque chose de dur. Elle sortit la chose de sous le sable, chose qui s’identifia, un coquillage. Gwenaëlle enleva le reste du sable sur le coquillage et le regarda plongée dans ses souvenirs.


    -Flash-back-

    « Gwen a-attend ! » Hurlait son frère. Elle allait justement monter dans le train. « Prend ça ! » dit-il en lui fourrant un petit sac en papier dans la main « Au moins tu les emmèneras partout comme ça » … Un sourire tendre, des mèches blondes, et des yeux bleu limpides …

    Sasa … Sariel …. Mon frère

    -Fin du Flash-back-


    Gwen posa automatiquement sa main sur son médaillon, elle le sortit de sous son pull et le regarda. Une larme perla le long de sa joue quand le mécanisme d’ouverture s’enclencha. La photo dans se médaillon la fit sourire doucement… Ses enfants, son frère et bien entendu elle et Germania… Le temps du bonheur, de l’insouciance et des rires sincères… La britannique passa son doigt sur l’inscription Gaélique sur l’autre morceau du médaillon arracha une deuxième larme a Gwen. Ta gra agam ort …. ‘’Je t’aime’’ ….Et sous cette inscription … Sariel avait fait gravé le prénom de la rouquine. Gwen ferma son médaillon en forme de coquillage, le serrant dans sa main elle regarda le soleil en fermant un peu plus sa veste…

    Mélancolie quand tu nous tiens

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vagues du temps n’affectent pas que les grands [Libre]   Jeu 27 Jan - 17:18

Il l'évitait en journée, car elle était frquentée, mais lorsqu'il se rendait en ville tôt le matin ou dans la soirée, Germania avait coutume de couper par la plage. C'était quelqu'un qui affectionnait le calme et le silence, et dans l'ensemble, sa vie était bien trop remplie d'enfants pour qu'il puisse disposer souvent de l'un et de l'autre. Encore qu'à présent, les enfants avaient bien grandi, et ils étaient presque adultes pour la plupart.. Mais enseigner à l'Académie impliquait malgré tout de vivre dans le tourbillon survolté des jeunes. La plage était tranquille, à cette heure où la journée s'achève avant de laisser place à la nuit. Il se doutait que nombre de ses collègues, ou même des étudiants parmi les plus calmes, avaient eux aussi l'habitude de venir s'y réfugier, mais il était bien rare qu'il en croise un à cette heure-ci.

Ce soir là, pourtant, ce fut le cas. Une course, en ville, rapide, pour l'acquisition rapide d'un cadeau d'anniversaire... en retard. Oh, il n'avait pas oublié, mais... il aurait pu. Tellement de gosses. Parfois, Germania se disait qu'il avait trop d'enfants. Pourtant, il les aimait tous, même s'il avait conscience que ceux-ci grandissaient et changeait trop vite pour qu'il arrive à suivre, vieille carcasse d'empire oublié qu'il était.
Alors qu'il en était là de ses réflexions, il distingua dans la lumière mourante, une chevelure rousse qu'il connaissait bien. Ah, tiens. Il n'aurait pas ru que Britannia puisse ressentir le besoin de s'isoler... Surtout que ces derniers temps, elle lui avait fait l'impression de retomber un peu, disons, pas en enfance, mais au moins en adolescence.
Devait-il faire un détour, lui lancer un salut de loin, et rentrer directement à l'académie ? Britannia avait un caractère à l'image des cheveux qui encadraient son visage : d'un rouge explosif. Et il ne savait que trop que la dame avait une grosse rancoeur contre lui. Et elle n'avait pas tout à fait tort. Peut-être valait-il mieux la laisser tranquille.

Il lui arrivait de se dire que leur union passée avait de quoi surprendre si on la considérait d'un point de vue extérieur. Parce qu'il faut bien dire ce qui était : ils n'étaient d'accord sur rien, absolument rien, et encore moins sur la façon d'élever leurs gosses. Ils ne se ressemblaient en rien, ils étaient même deux opposés absolus. Pourtant, il estimait que leur mariage avait constitué d'heureuses années, malgré tout. Aussi différents soient-ils, ils s'entendaient bien, et bien sur, il y avait eu les enfants qui étaient arrivés, l'un après l'autre... Oh, il en avait eu d'autres, ailleurs, et il était profondément attaché à chacun d'entre eux avec la même intensité. Mais de toutes ses relations passées, celle qu'il avait eue avec Britannia était la seule à le poursuivre. Voilà qu'à présent, ils enseignaient au même endroit.... Bon, évidemment, quand on épouse une autre nation, enfin... ex-nation... il y a des chances d'en arriver là.

Finalement, il se dirgea vers elle ; sa pensée se détacha un peu des gosses, même s'il se répéta avec une pointe d'amusement bien dissimulé que, d'un fait exprès ou par pur hasard, ceux de ses enfants qui posaient le plus de problèmes étaient précisément ceux qu'il avait eus avec Gwenaëlle. Les rouquins étaient les pires. Irlande, Ecosse.... Comment comparer le comportement d'ado en crise quasi-constante avec le calme et la réflexion d'Allemagne ou d'Autriche, par exemple ?... A n'en pas douter, les petites piles élec-celtiques avaient surtout pris de leur mère... Caractère compris.

"Eh bien ?" Ce fut ainsi qu'il s'annonça, alors qu'il arrivait à quelques pas d'elle, posant sur les mèches couleur feu un regard d'une neutralité totale, avant de reprendre. "Je ne savais pas que tu te retirais pour méditer, Gwenaëlle... Je ne te dérange pas ?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vagues du temps n’affectent pas que les grands [Libre]   Dim 30 Jan - 14:01

    Gwenaëlle leva les yeux vers Germania et soupira. Elle n’avait pas envie de lui hurler de dégager … de la laisser seule, comme il l’avait si bien fait dans le passé. Les yeux verts foret se posèrent donc a nouveau sur les vagues. Difficile d’imaginé que Gwen ne voulait pas hurler et crier sur Germania … Sa rancœur avait certainement diminué au fil des années et elle avait appris une chose cruciale. La celtique avait apprise à pardonner.

    Maintenant qu’ils enseignaient au même endroit, et qu’ils se voyaient presque tous les jours, la celtique avait cessez de lui hurler dessus a tord et a travers. Elle s’était calmée, blessé par le comportement de son fils. La rouquine au tempérament de feu avait trop vécu … Comme le disait la plus part des anciennes nations : On apprend aux autres de ne pas commettre nos erreurs.

    Partant de cette optique la elle s’était dit que haïr son ex-mari ne servirait qu’a montrer le mauvais exemple aux enfants. La phrase que prononça son mari la fit sourire. C’est vrai qu’elle n’était pas le genre à se retirer pour être au calme. Mais quand on approche un certain âge, on en vient à aimer le silence et le calme.


    « Tu ne me dérange pas … » souffla-t-elle doucement.

    Elle tapota la place à ses côtés dans le sable. Elle sourit à son ex-mari, avec un sourire tendre dont elle avait le secret. Autrefois elle chérissait ces moments éloignés de tout avec Niorun, juste assis l’un à côté de l’autre à observer la mer ou les étoiles.

    « J’ai appris a apprécier le calme, pour réfléchir… » Dit-elle en fixant la mer.

    Elle enleva ses escarpins et glissa ses pieds dans le sable en souriant. Une petite voix en elle hurlait qu’elle était assise a côté de l’homme qui lui avait brisé le cœur et l’avait trahit. Mais Britannia chassa cette voix. L’ancienne nation celte soupira avant de reporter son regard vers les vagues.

    « Comment vas-tu ? »

    Une simple petite question … tout le monde l’aurait trouvé normale … mais ceux qui avait connu les hurlements et les disputes Britannia vs Germania auraient fais un fameux bond et auraient dévisagé la rouquine, comme si le diable l’avait posséder.

    Gwen faisait un pas vers une réconciliation. Un pas vers le pardon.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vagues du temps n’affectent pas que les grands [Libre]   Jeu 3 Fév - 2:44

Oui, pour être honnête, il s'était quand même attendu à se faire jeter de manière plus ou moins subtile et délicate. A se demander pourquoi il s'était décidé à faire ce détour pour venir lui parler, d'ailleurs. La force de l'habitude, certainement, était à l'origine de cette certitude. Mais contre toute attente, Britannia ne l'envoya pas bouler avec toute l'intensité du venin qu'elle était capable de produire - si, si.
Au contraire, elle répondit calmement... et l'invita même à prendre place ?? Avec un sourire ?!
... C'était destabilisant.
Pour Germania, qui aimait bien tout contrôler et tout maîtriser, la situation avait un goût étrange et incertain : il avait l'habitude des piques britanniques et de ses remarques acerbes, et savait comment réagir - avec une indifférence royale qui la mettait encore plus en colère. Mais là.... C'était... Bizarre.

Il hésita, jeta un coup d'oeil alentours, et finalement, prit place. Voilà autre chose qui avait un aspect dépaysant. Cette plage, il y passait régulièrement, mais ne s'y attardait jamais. Il y avait du travail à abattre au sein de l'Académie, et il avait pour habitude d'y consacrer la plupart de son temps. Après tout, il ne restait plus que cela de sa mission personnelle, n'est ce pas ? Il avait fondé un grand territoire, et puis l'avait légué à ses nombreux enfants. Il ne restait plus qu'à former les nouvelles générations. Alors, cette dernière page d'histoire germanique, il l'écrivait avec rigueur et application.

Alors, se trouver là, assis sur une plage, aux côtés d'une Britannia calme et paisible... Oui, définitivement, c'était une expérience qui ramenait à de très, très lointains souvenirs.
Il se demanda furtivement s'il aurait été plus à l'aise face à une Gwenaëlle glaciale et hostile. Probablement. Plus à l'aise, parce qu'il en avait pris l'habitude, mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'il appréciait la guéguerre qui s'était installée entre eux. Et, malgré le fait qu'il n'en dise jamais rien, il n'avait jamais rejeté, même intérieurement, la faute sur elle. Pas même en partie. Il reconnaissait tout à fait qu'il portait seul cette culpabilité-là.... Britannia... Britannia n'avait fait que subir, en forme et en fond.

Sa voix claire le tira de ses pensées, et il mit quelques secondes à prendre conscience de ce qu'elle venait de dire. Elle avait appris à apprécier le calme, pour réfléchir. Et elle demandait....

Décidément... Ah ! Que Germania détestait être pris de cours ! La surprise n'était pas de ce qu'il affectionnait. Il retint un regard surpris, par cette bonne vieille habitude qui lui faisait recouvrir toute expression et toute émotion sous un solide masque d'impassibilité, de neutralité absolue.
Il résolut de faire comme si de rien n'était, et répondit aors avec l'assurance flegmatique qui lui était coutumière.

"Bien. Je vais bien. Et toi ?"

Pouvaient-ils réellement se permettre de ne pas aller bien, alors même qu'ils portaient la responsabilité que leur avait confié l'enigmatique Directeur de l'Académie, sans compter leurs propres consciences, et le poids de leur propre passé ? Non seulement eux deux, mais tous les autres anciens Empires...

Finalement, il lui jeta un bref regard. Oui, tout ce qu'ils représentaient, tous, le souvenir des territoires oubliés et des histoires recouvertes de la poussière des siècles, c'était ce qui les liait tous. Et c'était une force individuelle tout autant que commune, mais ils n'avaient pas les mêmes cuirasses... Britannia avait sérieusement souffert des heurts avec leur progéniture. Elle était forte, il le savait mieux que personne, mais comme elle paraissait fragile, là, au milieu de cette immensité de silence et de calme, dans la nuit tout juste tombée.
Il était vrai que son soutien avait été plus que moyen, voire carrément inexistant par moments, voire même qu'il s'était fermement opposée à elle en diverses circonstances, mais après tout, ils étaient si différents. D'où lui venait cette plénitude subite ?

... Il ne s'était jamais excusé, et ne le ferait sans doute jamais. Un effet secondaire indésirable de cette propension à toujours tout assumer jusqu'au bout. Peut-être le comprenait-elle, ça, il n'en savait rien.

"C'est un bel endroit... pour prendre, disons... du recul. C'est ce que tu faisais ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vagues du temps n’affectent pas que les grands [Libre]   Dim 13 Fév - 15:46

    Gwen haussa les épaules, avant de poser sa tête sur l’épaule de Germania. Elle en avait assez de cette guerre inutile. Un soupir franchit ses lèvres. Elle ferma les yeux et profita de cet instant de calme. Juste être la et ne plus penser a rien. Puis la celtique ouvrit de nouveau ses orbes émeraude et elle sorti son médaillon en forme de coquillage de sous son pull.

    « Ça va mieux » répondit-elle presque en murmurant.

    Depuis combien d’années, n’avait-elle pas pris le temps de discuter avec Niorun, sans lui hurler dessus ? … Certainement longtemps. Les boucles rousses tombaient sur l’épaule du grand blond. Il devait se demander ce qui lui arrivait. D’être si calme. Niorun parla a nouveau. Gwen rit légèrement et sourit avant de légèrement pivoter son regard vers le visage de Niorun, sa tête reposant toujours sur l’épaule du germanique.

    « J’avais besoin de mettre de l’ordre dans mes idées et aussi de réfléchir à certaines choses. »

    Autrefois, réfléchir et mettre de l’ordre dans ses idées, ne correspondaient pas vraiment à Britannia, qui préférait foncer dans le tas sans réfléchir ou sans mettre au point une certaine stratégie. Gwen ouvrit son médaillon et regarda la photo renfermé dedans … Sa famille au temps de l’insouciance … ou leurs problèmes n’étaient encore rien.

    « Parfois, est-ce que tu regrette l’époque ou nous étions marié ? … Je te l’avoue, moi ça me manque. Tu dois me trouver ridicule n’est-ce pas ? »

    Gwen referma son médaillon et pivota à nouveau ses yeux vers le visage, carré et un peu plus en âge qu’à l’époque ou ils s’étaient connu. Gwen se dit qu’il était toujours aussi beau, même plus avec la maturité qu’il avait acquis au fil des années. La rouquine sourit avant de refermer les yeux. C’était bizarre d’être la au calme … Sans hurler ou crié… d’un côté …. C’était mieux ainsi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les vagues du temps n’affectent pas que les grands [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les vagues du temps n’affectent pas que les grands [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✯ Académie Hetalia ✯ :: Ville :: Plage :: Plage-
Sauter vers: