AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just like old times...[England]

Aller en bas 
AuteurMessage
USA / Alfred F. Jones
True Hero
True Hero
avatar

Masculin
Messages : 87

Carte Étudiante
Chambre: Aile Américaine
Partenaire:
Punitions:
0/0  (0/0)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Just like old times...[England]   Mar 1 Mar - 17:38

Aujourd’hui était un grand jour. Nan, honnêtement. Presque plus grand que celui où j’ai découvert comment fonctionnait un ouvre-boîte, mais ça, c’est une autre histoire. C’était la conclusion à laquelle j’étais parvenu, alors que j’arpentais les couloirs relativement vides de l’Académie, une théière à la main. C'est incroyable, parfois, ce qu'il peut se passer entre les quatre murs d'une école. Nan, je dis pas qu'il n'y a que quatre murs dans l'académie. Ce ne serait pas pratique pour les cours du soir et les dortoirs...et puis vous imaginez la taille du loft ? Tiens, faudrait que je m'en souvienne, de celle-là. J'aimerais bien un bon gros loft, genre, trois mille mètres cubes. Comme ça, je pourrais...
…tiens, je pourrais quoi, d’ailleurs ? Jouer au squash ? Non, j’aime pas le squash. C’est un sport pour Anglais, ça.

Oh, attends. Anglais. Aaaaaan-glaiiiiiis. J’ai l’impression que c’est lié à quelque chose d’important...
Ah ben oui. Il s’agit d’une opération para-militaire interne absolument top secrète. Une des nombreuses qui concernent ce bon vieux Arthur. Et je dis pas ça pour me vanter, mais cette fois-ci, il y a de bonnes chances pour que ça marche. On dit qu’on tire plus d’expérience de ses échecs que de ses succès…eh ben là, j’ai juste assez d’expérience pour enfin en gagner moins que d’habitude. Tiens, c’est marrant. Ca me fait penser à un jeu de rôle. Faudrait que j’en parle à Japan. Normalement on devrait gagner plus de points d’expérience en perdant, non ?
…je pensais à quoi, déjà ? Bon, attend, ici il faut tourner à…

BUNK !

- Aaaah, damn it !

Et c’est ainsi que je vis, au ralenti, le liquide brunâtre jaillir du bec de la théière, effectuer une trajectoire parfaitement chaotique, et finir sa course en plein sur mon torse, maculant ma magnifique chemise blanche. Deux processus se sont alors succédés dans mon esprit (ils ne se sont pas déroulés en même temps, pour une raison qui m'échappe encore…)
1) Profonde exaspération, exprimée précédemment, avec une petite pensée pour le doigt que je m’étais brûlé il y a quelques jours avec le fer à repasser afin d'éliminer les plis de ladite chemise;
2) La douleur qui, parvenant finalement jusqu’à mon cerveau, m'amena à une conclusion d’une logique imparable : le thé chaud, c’est chaud.
Mais les héros ne crient pas de douleur. Enfin, pas trop fort. Et certainement pas pour ce genre de blessures de troisième zone. Non, plutôt quelque chose dont on ne pense pas qu'on se relèverait. Par exemple, Will Smith s'enfonçant son propre poignard dans la cuisse après une chute de deux mètres dans « I am Legend ». En voyant ça, j'ai compris que, pour être un héros parfait, il fallait être capable de résister à la douleur. Alors je me suis retenu de hurler, et me suis contenté de respirer profondément, comme dans les cours de gestion de douleur qui peuvent être enseignés aux femmes enceintes. Ouf, ouf, ouf.

Ce n’est qu’après quelques secondes que je me rendis compte que ce n'était qu'un sacré ramassis de conneries.

- YYYYYAAAAAARRRGH !!!


Ah. Ca va quand même mieux, une fois la douleur extériorisée. Ce n’est qu’alors que je levais enfin les yeux vers celui ou celle que j’avais bousculé, perdu dans mes pensées. J’étais sur le point de me répandre en excuses, de m’inquiéter pour son sort, me traiter mille fois de tous les noms pour ma maladresse, et vérifier qu’il ou elle n’avait rien. Mais d’un coup, blocage mental. Genre, néant absolu. Je me contentai de me redresser afin de souligner un trait physique absent chez l’interlocuteur et le toiser de toute ma hauteur, et attendis les reproches qui n’allaient certainement pas tarder à se déverser sur ma personne.

- Oh, hi Arthur…


Dernière édition par USA / Alfred F. Jones le Lun 28 Mar - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
England / Arthur Kirkland
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
avatar

Masculin
Messages : 65

Carte Étudiante
Chambre: Aile Anglo-Saxonne
Partenaire:
Punitions:
0/50  (0/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Just like old times...[England]   Dim 27 Mar - 17:48

Moment de joie intense! J’étais enfin libre! Depuis ce matin je n’avais pas soufflé une seconde. D’abord un cours complètement barbant de géographie, où le prof avait passé la moitié du cours à dérailler sur le fait de conquérir le monde à la place de parler des locations des capitales… franchement je le trouve un peu déranger le nouvel amant de ma mère… mais bon elle est contente avec, donc j’accepte.

Après ce cours pour le moins très peu éducatifs en matière de géographie, j’ai du me mettre à l’œuvre sur un superbe immense et complètement mortel projet de langue! Comme je les déteste… il n’y a pas plus inutile selon moi! Je parle la langue la plus parlée universellement dans le monde! Je n’ai pas besoin d’avoir de cours pour la parler ou en apprendre d’autre! Franchement, je la métrise parfaitement! En plus que je connais déjà assez bien d’autres langues… dont le français… malheur…

Le projet est à remettre dans deux semaines, mais bon comme je préfère toujours m’avancer et finir mes projets bien avant la date de remise, j’en ai fait presque la moitié ce matin. En suite j’ai pris une petite pause pour mon diner, durant le quel je travaillais sur les activités du conseil étudiant. Nous sommes présentement trois… et disons simplement que le poste manquant veut dire plus de travail…pour moi, puisque c’est mon ancien poste. Donc tout en mangeant mon lunch… qui était un peu moins brûlé que d’habitude, en passant, j’arrangeais un peu le budget.

En après-midi, j’ai continué de travailler sur les activités du conseil, ayant bientôt une réunion avec France et America de prévu. Réunion que je redoutais grandement… Je m’explique, depuis déjà un moment la relation entre moi et America est des plus, comment dire… tendu? En effet depuis le moment où il s’est rebellé contre moi et ma, sois disant, surprotection… Je voulais seulement le protéger… mais je me suis rendu compte qu’il n’avait aucunement besoin de moi pour ça… shit! J’ai les larmes qui me montent encore! C’est stupide, ça fait un moment que c’est passé maintenant, je ne devrais pas repenser à ça et être autant touché!

Bon ! Je me reprends… Donc oui… depuis ce moment lui et moi, on se parle moyen… et quand on se parle sa finie souvent en mini-guerre mondiale puisqu’il s’amuse à rire à mes dépens et moi à le critiquer… Je m’ennuie de quand il était jeune, comme il était mignon! Pour ce qui est de France… et bien j’espère qu’il va respecter ma condition de bien savoir se tenir en publique, s’il tient à notre relation! Je n’ai pas envi de mêler vie sentimental et travail moi!

Et voilà la prochaine réunion est prête! Et je peux enfin relaxer! M’installer avec un bon livre et une bonne tasse de thé devant moi, c’est le paradis! C’est avec cette idée en tête que je me dirigeais vers mon dortoir, ne me doutant pas de la catastrophe à venir. Au coin d’un corridor, alors que j’étais chargé de tous mes livres et de mon sac, un crétin d’imbécile me fonça dedans! Oh! Et pas juste un petit choc, c’était presque un plaquage! Ce qui eut le mérite de un : me faire tomber à terre, de deux : me faire échapper toutes mes choses… et de trois, mais non le moindre : m’énerve au plus au point!

Assis à terre et les yeux fermés, j’échappais un gémissement de douleur, pendant que mon agresseur cria, ce que était définitivement causé par la surprise, et non douleur, puisque c’est moi, ici qui avait mal, pas l’idiot qui m’avait foncé dedans! Je n’ai donc pas perdu une seconde et je me suis relevé, pas sans une certaine douleur au dos, et je me suis approché dangereusement du grand blond stupide, aux yeux bleus et avec une mèche de cheveux étranges dans les aires qui m’avait renversé… attend… Blond, yeux bleus, Nantucket… America?!


- Oh, hi Arthur…

De mieux en mieux vraiment... Quand je vous disais qu’il me cherchait!

-YOU GIT!!! LOOK IN FRONT OF YOU WHEN YOU WALKED! THAT COULD HAVE BEEN BLOODY DAN...

Puis rien ne sort de ma bouche... Je viens de voir l’état dans lequel il est… Sa chemise est détremper, donc elle rend coller à son torse et à moitié transparente… Et je ne peux m’empêcher de penser à quel point, il a grandit… qu’il est devenu plus grand, beaucoup plus grand que moi… et beaucoup plus musclé… Et puis mon regard est tombé sur la cause de sa chemise mouillé, une théière, dont s’échappe encore de la fumée, prouvant que son contenu avait été brulant. Et là mon mode maternelle est ressortie…


-Oh dear! Alfred, are you alright?!

J’avais sorti un mouchoir à la course de mon sac et avait commencé à épongé sa chemise… donc son torse… et c’est seulement après avoir commencé, que je me suis rendu compte du geste… et qu’une affreuse rougeur apparut sur mes joues… C’était un peu embrassant… je lui ai donc tendu le mouchoir en tissus, pour qu’il finisse lui-même le travail.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
USA / Alfred F. Jones
True Hero
True Hero
avatar

Masculin
Messages : 87

Carte Étudiante
Chambre: Aile Américaine
Partenaire:
Punitions:
0/0  (0/0)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Just like old times...[England]   Dim 3 Avr - 18:03

L'Anglais moyen était d'une prévisibilité presque...surprenante. Montés comme des coucous suisses, les mêmes repas servis exactement à la même heure, avec le même stoïcisme inhérent à des restes de société plutôt "uptight". Et England, c'était l'Anglais parmi les Anglais... le stoïque parmi les stoïques, l'imperturbable pendant un bombardement. A se demander s'il n'était pas en train de boire du thé lorsque Allemagne l'a bombardé, il n'y a pas si longtemps. La scène ne s'imposait que trop facilement à mes yeux : des murs qui tremblent, des éclats à l'horizon. "Voudriez-vous un peu de sucre avec votre thé ?" "Nenni, mais par contre je prendrais bien de..." BOOOM : les étagères tremblent, un flacon qui se renverse à moitié dans la tasse du blondinet. "Merci, cela suffira. Oh, comment se porte ce bon vieux Francis ?".

De mon côté, le stoïcisme n'était pas mon fort. Comme en avait magnifiquement témoigné mon cri de l'âme un peu plus tôt. Mais je me débrouillais devant les insultes. Surtout quand elles venaient de la part de personnes que j'avais respecté à un moment donné. Dans ce cas précis, je ne bougeais pas d'un pouce tandis qu'Arthur vidait ce qu'il avait de mieux sous la main sur le moment. "Git", "Bloody". Il a été en meilleure forme, mais c'était déjà pas mal, compte tenu du manche à balais télescopique qu'il avait de vissé dans le...oups, je m'égare un peu, on dirait. Mais quand j'ai mal, j'ai du mal à me concentrer. Je l'avais dit à Lysander, qui m'avait ensuite demandé si j'avais un cancer en phase terminale depuis quelques années. J'ai toujours pas compris le rapport, mais je crois qu'il devait y avoir un peu de mesquinerie.

-Oh dear! Alfred, are you alright?!

J'eus un mouvement de recul alors qu'il s'avançait sur moi, craignant qu'il ne veuille en venir aux mains; aussi je fus assez surpris lorsque je le vis tenter d'éponger ma chemise avec un mouchoir. Et passé la surprise, la douleur. Oui, parce que mine de rien, la chemise était toujours "légèrement chaude". Mais "légèrement" dans le sens de "légèrement méga tétra". Ou encore "******** de **** de ******** à ***** de pas beaucoup". Donc, on se redresse, on serre les dents, et on pense à du base-ball. Grande inspiration. Discipline. Contrôle. Ou pas. Je laissais échapper un léger grognement de douleur, mon oeil gauche tiquant sous la douleur. Arthur dû probablement le prendre pour de l'hostilité, car il se retira aussitôt, et me présenta son mouchoir.
Okay, l'opération se présente déjà bien mieux que les fois précédentes...

Je reculai d'un pas, et refusai son offre d'un geste aussi dédaigneux que je le pouvais avant de passer une main dans mes cheveux, quelques mèches s'étant déplacées lors du choc et masquant une partie de mon champ de vision. Très gênant. Surtout aux moments les plus inopportuns. Vous avez déjà fait du ski nautique ? Un conseil : portez une casquette, du gel, ou portez des cheveux courts. Il peut se passer un nombre incroyable de choses pendant une fraction de seconde, celle-là même que vous vous autorisez pour enlever de votre oeil droit quelques cheveux qui s'y sont rabattus sous le vent. Et autre chose : à grande vitesse, l'eau c'est pas une amie. Bref. Je sortis de la poche intérieure de ma veste un mouchoir carré, au liseré rouge et ornementé d'un magnifique "A" stylisé dans un des coins.

Je l'avais justement volé à Arthur il y a longtemps. Je lui avait dit qu'il se trompait, que le "A" voulait dire "Alfred". Il devait être déjà très stupide à l'époque, parce qu'il m'avait laissé partir avec. Ha. Comme quoi, j'étais capable de berner England dès l'enfance ! Aux âmes bien nées, la surdouécité ne se...n'a....enfin, elle est là tout de suite !

- I can do this myself.


Je pliais le mouchoir, épongeai un peu les restes de liquides, puis tirait la chemise avant de placer le carré de tissu entre ma peau et le vêtement, afin d'éviter de trop me brûler. Et tout ça avec une seule main, quand même. D'ailleurs, l'autre commençait à fatiguer un peu.

- What the Hell are you doing here ?


Et là, tellement facile. Un début d'explications, probablement, suivit d'une nouvelle leçon de moralité. Comme si je n'étais pas assez grand pour savoir ce que je devais et pouvais faire. C'était ça qui m'agaçait au plus haut point avec Arthur : il me prenait toujours pour ce petit pays perdu qu'il a trouvé au hasard de ses voyages. et c'était aussi la raison majeure pour laquelle je ne le supportais plus, et m'ingéniais à trouver des plans toujours plus...ingénieux pour lui faire ressentir une honte et une douleur que même son tempérament et son manche à balais ne pourraient pas contenir. Il devait bien avoir des limites, quelque part. Et alors, le jour où j'y parviendrais, il comprendra à quel point je suis devenu puissant, malin, et...ingénieux.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Just like old times...[England]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just like old times...[England]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Good Morning England - Demande de partenariat
» PA GEN DYOL -NEW YORK TIMES LAN BOUNDA MARTELLY
» Yon ATIK ENTERESAN NEW YORK TIMES sou GUY PHILIPPE
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Des nuages inhabituels précèdent le tremblement de terre en Chine: des preuves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✯ Académie Hetalia ✯ :: École :: Hall d'entrée :: Corridors-
Sauter vers: