AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un moment face à la mer [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Italie S./Lovino V.
Italie S.
Italie S.
avatar

Masculin
Messages : 134

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
20/50  (20/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Un moment face à la mer [Libre]   Mar 15 Mar - 10:17

A peine arrivé sur les lieux que l'italien ne put s'empêcher de soupirer. Cet endroit qu'il appréciait tant, où il aimait se réfugier depuis sa plus tendre enfance. Bien sûr, la mer Tyrrhénienne lui aurait plus convenu que celle qui entourait l'ile où était l'académie mais bon.

Fixant bien l'horizon, il ne put que se remémorer toutes ses fois depuis qu'il avait 12 ans, qu'il était venu là. Aller à ce lieu paisible, pour passer ses nerfs. Personne n'était là, c'était encore l'occasion parfaite pour le faire. La mémoire encore bien fraiche des deux derniers fois qu'il avait foulé la plage. L'avant dernière, il avait traîner Autriche jusque là pour sortir un peu se qu'il avait sur le cœur depuis un moment, pour finir par le fait qu'il tombe à la mer puis direction l'hôpital. Quand à la dernière, c'est l'italien qui n'a pas eu de chance, restant dans l'eau pendant plusieurs minutes.

Les yeux fermés, il se reconcentra sur ces événements . Prenant bien son souffle, ses poings clos le long de son corps, prêt à exploser une nouvelle fois. S'adressant à la mer.

«  Putain mais comment on peut être aussi con ?! Perdu, mon œil ! Il s'en contre fou des autres sauf de l'autre connard de français ! Bah reste avec lui si ça te chantes ! Y en a ras le bol ! Marre que tu me laisse tout le temps derrière.... C'est quoi la putain de promesses que t'as respectée jusqu'à présent ? Aucune ! »

Il senti de de fines larmes glisser sur sa joues, les essuyant rapidement du revers de sa manche avant de reprendre ses accusations.

« "Je vais rester avec toi, je te quitterais pas, je te rendrais heureux". Tout ça... des mensonges ! Tu n'es qu'un connard enfin de compte Antonio Fernandez Carriedo ! »

Ramassant le premier galet qu'il trouvant. Le latin prit son élan et la lança à la surface de l'eau tout comme il l'aurait fait avec une tomate destinée à son ancien fiancé. Se laissant tomber sur le sable, il regarda la mer pour se calmer. Persuadé que personne ne l'avait entendu dans cet endroit. Mais était ce vraiment le cas ou quelqu'un avait il ouït ses paroles ?


Spoiler:
 


Dernière édition par Italie S./Lovino V. le Mar 29 Mar - 7:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aph-rpg-15ansapres.forumactif.org/
Spain / Antonio F.C
Tomato life!
Tomato life!
avatar

Masculin
Messages : 68

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
6/50  (6/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Un moment face à la mer [Libre]   Sam 19 Mar - 13:50

Ce matin Antonio prévoyait une journée calme avec des siestes et des tomates. Une journée typiquement normale en fait. Alors il se réveilla tôt pour une fois et chercha une tomate pour son petit déjeuner. Quand vous rentrez à la maison et que vous voyez que tout vos meubles ont disparu, vous paniquez? Et bien, que faites-vous si vous êtes un Espagnol et que c'est toute vos tomates qui ont disparu, une simple panique? Non, c'est toute une catastrophe qui arrive, le monde s'écroule à ses yeux, il n'a plus rien, c'est pas la mort mais bon.

Alors de là commença sa journée. Il partit à la recherche de tomates dans toute ses choses puis dans celles des autres, pour ensuite courir chercher dans l'Académie. Aucune trace de tomates. Il eut seulement le choix de mettre une veste, d'autres chaussures et partir de l'Académie, se dirigeant vers la ville pour allez s'acheter des tomates.

En ville, il s'acheta des tomates bien sur et tout heureux il s’engageait pour retourner à l'Académie par un détour par la plage, il aimait bien la plage et le temps commençant à se réchauffer donc peut-être que des étranges personnes s'y trouvait déjà. Donc il marcha et près de la plage il vit une seule personne. C'était curieux, qui va seul à la plage et qui s'amuse à regarder la mer? Il eut l'idée de faire connaissance avec cette drôle de personne et commença à s'e approcher.

«...Y en a ras le bol ! Marre que tu me laisse tout le temps derrière.... C'est quoi la putain de promesses que t'as respectée jusqu'à présent ? Aucune ! »

Il s'arrêta d'un coup. Il avait pas entendu le début de la phrase, mais il avait reconnu la voix de Romano. Il resta à près de 5 mètres de lui, il faut croire que l'italien avait pas remarquer sa présence car il continua de crier.

« "Je vais rester avec toi, je te quitterais pas, je te rendrais heureux". Tout ça... des mensonges ! Tu n'es qu'un connard enfin de compte Antonio Fernandez Carriedo ! »

Finalement, il aurait peut-être mieux fait de partir sans faire ce détour. Il baissa les yeux et regarda ses tomates. Il le savait tout ça, il s'en était bien rendu compte. Sa devait surement faire du bien à Lovi de crier ce qu'il pensait à la mer. Il le regarda prendre un galet, un peu plus et il l'imaginait se retourner et lui lancer à la figure mais il l'a lança à la mer. Il le regarda tomber sur le sable et s'approcha timidement. Il ne devrait pas être ici, il n'aurait pas dû entendre ses révélations mais c'était fait, fuir aurait été lâche. Il regarda Lovino et déposa la boîte à ses côtés se décidant enfin à parler.

- Bonjour Romano.

C'était simple, mais il voulait pas le faire paniquer. Et il avait trouvé rien d'autres à dire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Italie S./Lovino V.
Italie S.
Italie S.
avatar

Masculin
Messages : 134

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
20/50  (20/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Un moment face à la mer [Libre]   Lun 21 Mar - 13:20

Les yeux rivés sur le mouvement des vagues, il finit par se calmer petits à petit. Il venait de se débarrasser d'un poids qui lui pesait sur le cœur depuis un moment et il se sentait bien de l'avoir fait à l'extérieur. D'avoir livrer un énième secret à la mer.

Tâtonnant un peu pour prendre son sac, il senti autre chose. Qu'il connaissait parfaitement. C'était bel et bien un sac mais pas celui qu'il voulait prendre. Plus... l'un des sacs de chez le marchand de légumes. Remontant un peu pour y mettre sa main, prenant instinctivement l'une des tomates qui s'y trouvant. Avant que....

N'avait il pas pris la dernière tomate qui se trouvait dans le dortoir , en se levant ce matin ? Rouvrant doucement les yeux, il fixa se qu'il tenait en main avec intérêt. Il se souvenait pourtant l'avoir manger avant de sortir et de laisser les autres dormir. Il devait aller en rechercher, c'était pour cette raison qu'il était sorti en premier lieu.. et de fil en aiguille il est arrivé sur la plage. Pourtant, il n'avait aucune souvenance d'être allé cherché les tomates en question. Il devenait fou des fois mais à ce point, il ne le pensait pas. Vraiment aucun souvenirs d'être allé jusqu'au marchand de légumes ni de lui avoir parler.

Cela ne pouvait dire qu'une chose, quelqu'un était là. L'avait entendu. Mais qui ? L'un de ses frères ? Son grand père ? Gilbert ? L'autrichien ? Ou pire.... la personne qu'il voulait oublier.

-Bonjour Romano.

Ce qu'il craignait venait de se vérifier. Pourquoi ? Pourquoi il fallait que de toutes les personnes qui soient à l'académie , ce soit l'espagnol qui l'entende. Sa tête se retournant doucement vers lui, cherchant à rester le plus came possible. Sauf que Romano n'y parvient pas.

" Qu'est que tu fous ici ?! Tu m'espionnait ? T'as entendu quoi au juste hein ?!  T'es là depuis quand exactement ?"

Toutes les questions qu'il se posait, il les sorties d'un bloc, la voix légèrement tremblante de panique.

" Et..... T'es....T'es seul ou.... ? " 

Il évita tout contact visuel, direct, préférant regarder autours d'eux. Non, personne d'autre. Une chance, pas d'autre témoins à l'avoir entendu se confesser à la mer.

Ou pire , au final c'était mieux ainsi. Qu'il ai la possibilité de déballer son sac à la personne concernée au lieu de crier dans le vide. Se relevant il lui dit calmement.

"Tu veux que je te dises une chose ? "

Attendant sa réponse, il referma les yeux quelques instants. Bien qu'il se doutait bien de ce que l'espagnol allait lui dire, il avait préféré lui poser la question.
Revenir en haut Aller en bas
http://aph-rpg-15ansapres.forumactif.org/
Spain / Antonio F.C
Tomato life!
Tomato life!
avatar

Masculin
Messages : 68

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
6/50  (6/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Un moment face à la mer [Libre]   Dim 17 Avr - 0:36

Il l'avait saluer, c'était tout à fait logique il aurait pas commencé par dire "tu veux une tomate même si tu me traite de connard?". Il regardait une tomate quand il leva les yeux vers l'espagnol. Lui regardait l'italien alors que celui-ci le bombardait de questions.

" Qu'est que tu fous ici ?! Tu m'espionnait ? T'as entendu quoi au juste hein ?! T'es là depuis quand exactement ?"

Il se demandait comment il avait fait pour dire tout cela en un seul souffle, faut le faire! Mais pour un italien dans un prétexte pareille, se n'était pas un si grand exploit et ça il le savait.

" J'ai... acheté des tomates.. "

Il essayait de se souvenirs des autres questions en même temps que répondre.

" Non je t'espionnait pas! J'ai pas entendu le début de ta phrase mais comme j'étais pas loin j'ai beaucoup entendu. Et je suis là depuis.. quelques minutes, je sais pas.. "

Il répondait le plus proche de la vérité en essayant de prendre une voix qui se trouvait rassurante comme celle de l'italien paraissait paniquée.

" Et..... T'es....T'es seul ou.... ? "

Il regarda aux alentours, à part lui, ses tomates et Lovino il ne voyait personne pour le moment. Et ce matin il s'était levé seul et avait croisé personne.

" Oui je suis seul, enfin plus maintenant en fait.. "

Il évitait son regard, c'était un peu dérangeant mais en même temps très compréhensible. Il le regarda pas trop rassurer pendant qu'il se relevait.

" Tu veux que je te dises une chose ? "

Il aurait voulu éviter cette question. Va-t-il lui crier dessus cette fois? En tout cas Lovino ne lui demandera certainement pas une partie de soccer ou de volley sur la plage, loin de là. Il voulait prendre les jambes à son cou, fuir à l'Académie avec ses tomates et prendre une sieste. Mais il restait devant Lovino d'un regard mal assuré les deux mains dans les poches de sa veste, il regrettait maintenant le détour par la plage. Finalement, il trouva seulement le moyen de lui sourire comme s'il allait lui dire une bonne nouvelle.

" Quoi donc Lovino? "

Trois simples mots, si seulement il pouvait savoir ce qui lui attendait derrière ceux de Lovino. Sinon c'était toujours le moment de fuir mais ceci est bien le seul moment de sa vie qu'il peut prouver qu'il peut braver la vérité, ce que Lovino pense vraiment. Il en avait entendu une bonne partie, mais en face, les vrais mots crachés à la figure, pas dos à lui. La vérité en face.
Revenir en haut Aller en bas
Italie S./Lovino V.
Italie S.
Italie S.
avatar

Masculin
Messages : 134

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
20/50  (20/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Un moment face à la mer [Libre]   Jeu 21 Avr - 13:58

Il resta encore les yeux fermés. Les rouvrant doucement. Il voulait lui hurler dessus tout ce qu’il ressentait et qu’il n’avait pas oser dire. Par manque de courage ? Peut être.

" Quoi donc Lovino? "

A ces mots il fini par ouvrir ses yeux, le fixant autant que possible. Le moment qu’il attendait et redoutait en même temps venait d’arrivé. L’heure de vérité. Il allait enfin lui dire tous ce qu’il pensait de lui en face.

" Bon d’accord "

Le poings se serrant de nouveau, comme s’il était prêt à le frapper. Et il risquait même de le faire. En tout cas, les chances pour que cela se produise était actuellement de 85 % . Et il espérait bien que cela allait diminuer. L’italien n’avait aucune envie de le frapper. Pour quoi faire ?

" Tonio…. Tu…t’es vraiment un idiot des fois avec tout ce que tu fous. T’es tout le temps avec tes deux cons de copains. Ok, j’aime bien Gil. Mais l’autre…. Comment tu peux le supporter ? Et…Et puis…. Arrête un peu de sourire comme si tout va bien, je sais bien que t’as des problèmes parfois et c’est franchement énervant parfois de te voir sourire et faire comme si y avait rien ! "

Il reprit un peu son souffle, un poids déjà parti. Il se sentait déjà mieux, apaisé. Il desserra le poing, doucement.

" C’est pas que j’aime pas te voir sourire, au contraire. Mais pas la peine de faire comme si tout va bien alors que c’est pas le cas. T’es impossible parfois… Pourtant, t’es quelqu’un de bien aussi, qui est là au cas où, sur qui on peut compter. "

Il détourna un peu le regard vers la mer puis autours d’eux. Toujours personnes à part eux. Au fond il préférait ça plutôt que quelqu’un entende leur conversation.

" Et….et puis….je…. ti…. "

Ti amo.

Cette phrase, il aurait aimé la dire. Mais elle lui restait interdite. S’il l’a prononçait, Antonio lui dirait sûrement d’arrêter, qu’il se faisait du mal à lui-même. Et c’était vrai, il aurait beau le répéter, ça ne servirait plus à rien à présent. Ce n’était plus que du passé. Il le regarda toujours, cherchant à oublier ce sentiment qui était vain à présent.
Revenir en haut Aller en bas
http://aph-rpg-15ansapres.forumactif.org/
Spain / Antonio F.C
Tomato life!
Tomato life!
avatar

Masculin
Messages : 68

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
6/50  (6/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Un moment face à la mer [Libre]   Lun 2 Mai - 23:12

" Quoi donc Lovino? "

Il avait dit ses mots comme on maudit une personne mais il avait l'impression qu'il s'était lui-même maudit. Tout, depuis le début de cette relation, il était maudit. Tout avait commencé avec un simple baiser à un jeu stupide et en plus il était saoul. Il n'y avait qu'à éteindre le malentendu et c'était tout, l'histoire aurait continuer normalement, il aurait pas quitter Lovi et Roderich aurait eu beaucoup d'enfants pianos avec Éli'. Encore il l'avait embrassé à son tour, et la tout à commencé. Séparation avec Lovino.. il ne pensait pas que sa allait tourner comme ça. En fait il ne s'en faisait aucune idée, il voulait simplement être heureux avec Roderich. Même bien avant, il avait aimer son meilleur ami Francis un moment et l'avait finalement oublier. Lovino pouvait bien avoir aimer une autre personne, il pouvait l'oublier et chercher une autre personne, la bonne. Mais il n'a pas lâché, il voulait pas tomber amoureux d'une autre personne.. il voulait se donner la mort.

Il écoutait sagement Lovi, toujours devant lui, les poings serrés. Il était persuader que ça allait le frapper d'une seconde à l'autre, certainement. Mais il ferrait rien, il doit bien se défouler et puis, il oserait jamais frapper Lovino, ça il en était toujours incapable.

" ...Arrête un peu de sourire comme si tout va bien, je sais bien que t’as des problèmes parfois et c’est franchement énervant parfois de te voir sourire et faire comme si y avait rien ! "

Il se rendit compte qu'il souriait un peu et arrêta tout de suite. C'était rendu une habitude chez lui de sourire en permanence même quand ça va mal, ça rassurait les autres et ne montrait jamais qu'il allait mal. Il pouvait s'arranger seul, toujours optimiste! Il écoutait sagement la suite. Comment faisait-il? Il était redevenu soudainement calme. Après tout ce qu'il lui à fait, il devrait le haïr, il devrait être en train de le massacrer sur place pour enlever le vrai poids qui l'étouffait. Lovino qui se menaçait toujours de mort.. après s'être fait mentit par Antonio était capable de se calmer aussi facilement?! Il le regardait maintenant abasourdis. Alors ses simples mots réussissait à le calmer? Il pouvait pas le croire, Lovi' devait certainement contenir sa rage, celle qu'il avait crier à la mer. La mer n'a pas pas absorbé les larmes qui avait surement couler, effacer sa rage d'une simple vague contre le sable. Il devait la contenir quelque part, il devait le haïr...

" Et….et puis….je…. ti…. "

" Frappe-moi. "

Il l'avait aussitôt coupé. Il ne voulait pas attendre la suite, sa faisait trop de mal à Lovi' et ses mots ne lui faisait plus rien maintenant. Il lui avait donné un ordre. C'était bien simple, rapide et sur la plage si tôt le matin, inaperçu, ça se saurait pas. Il voulait qu'il le fasse, pas qu'il était sado-maso, mais seulement pour que Lovino libère le vrai poids qui le gardait prissonier, qui l'obligeait à toujours courir après lui en ignorant la haine et la peine qu'il lui avait causer. Lovino était une tomate dans un champ, il l'avait cueilli, la garder pour la manger plus tard et avant de le dire l'a échapper, l'écrasant complétement au sol. Une tomate perdue. Voila ce qu'il avait causé.
Revenir en haut Aller en bas
Italie S./Lovino V.
Italie S.
Italie S.
avatar

Masculin
Messages : 134

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
20/50  (20/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Un moment face à la mer [Libre]   Jeu 19 Mai - 19:24

Lorsqu’il voulu changer sa phrase. Au moins la finir d’une autre manière que ce qu’il voulait dire en réalité.

"Frappe-moi "

Il écarquilla les yeux, incertain de ce qu’il venait de lui demander. Pourquoi ferait-il une chose pareille ? A lui ? A lui qui l’avait défendu quand ils étaient enfants. Qui était toujours là lorsqu’il avait un problème. Qui pendant longtemps avait été l’un de ses seuls ami. Qui était celui qu’il avait…. Non qu’il aimait toujours. Malgré tout. Sans compter les événements qui se sont produits récemment entre eux. La séparation et les conséquences que cela a provoquées. Un sentiment d’abandon et d’échec qui se sont manifestés par la volonté d’en finir. Il ne savait plus combien de fois il avait voulu se tuer depuis le départ. Lovino ne souhaitait qu’une chose. Repartir à zéro. Vivre. Ne plus se souvenir de tous ce qu’il s’était passé mais l’utiliser comme une leçon à retenir.

" To….Antonio, non… je …je ne peux pas ! "

En fait, s’il le pouvait. L’italien l’avait déjà fait, à plusieurs reprises. Depuis son enfance jusque maintenant, cela c’était déjà produit, qu’il s’énerve contre l’espagnol et de lui donner des coups. Un peu partout. A la tête, dans les tibias. En fait, à n’importe quel endroit qu’il pouvait.

Cherchant le meilleur moyen d’arranger cette situation, il fixa ses mains. Ses mains qui se refermaient de nouveau comme pour frapper quelqu’un. Affichant un air de surprise en voyant cela.

Son regard toujours posé sur ses poings. Il hésita. Peut être était ce vraiment la chose à faire pour se débarrassé de la colère qu’il ressentait encore au fond de lui. Il fit quelques pas vers lui avant de s’arrêter lorsqu’il arriva à son niveau. Une part de lui ne voulait pas le faire…. Mais d’un autre coté, ça lui permettrait de sortir. Tout dire.

Lovino finit par prendre sa décision. Il lui donna un coup de poing avec le bras droit, ses larmes se remettant à couler.

« Pourquoi ? Pourquoi t’avais fait ça Antonio ?! Je…. Je t’aie tout donné, mon cœur et …. Le reste. Tu ne sais absolument pas ce que ça m’a fait. Tu m’a foutu au fond du gouffre ! »

Il le frappa de nouveau la rage au ventre avant de reprendre

"Et tu peux pas avoir ce que ça fait ! Je ne pensais pas qu’au t’aurais fait un truc pareil avant ! Tu sais parfaitement bien ce que je ressens pour toi et t’a fais quoi ?! Tu m’as quitté, tu m’as menti, joué avec mes sentiments ! "

Les larmes coulant de nouveau sur ses joues, il essaya de se calmer un peu. Mais trop tard, il était lancé et il ne comptait pas s’arrêter en si bonne voie .
Revenir en haut Aller en bas
http://aph-rpg-15ansapres.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un moment face à la mer [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un moment face à la mer [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour face au réel [libre]
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Un moment de déprime [Libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✯ Académie Hetalia ✯ :: Ville :: Plage :: Plage-
Sauter vers: