AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au pied de l'escalier 1

Aller en bas 
AuteurMessage
France/Francis Bonnefoy
❤ France t'aime beaucoup ❤
❤ France t'aime beaucoup ❤
avatar

Masculin
Messages : 161

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
0/50  (0/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Au pied de l'escalier 1   Ven 15 Avr - 2:56

    Entant que Président et Vice-Président du conseil étudiant, il était du devoir d'Angleterre et de France d'arriver les premiers au bal. Le blond avait mit des heures à se préparer avant d'aller chercher son petit ami à l'Aile Anglo-Saxonne. Tout en lui criait la perfection. Ses ongles manucurés, ses cheveux parfaitement placés, son veston droit et pressé, la rose parfaitement ouverte et délicatement placée dans la pochette avant. Le miroir à pied reflétait un France qui rayonnait de pur bonheur. Avec un pas de conquérant, il s'était dirigé vers le dortoir d'Arthur et s'était planté devant l'entrée fermement. Il avait attendu avec impatience le moment où il verrait l'Anglais. Francis avait déjà le scénario parfait dans sa tête. Comme Arthur est toujours pile à l'heure, quelques minutes avant que le blond ne franchisse, il allait lui sortir une phrase qui allait le faire rougir, hésiter sur le pan de la porte. Peut-être il allait crier quelque chose, refuser de sortir. Et là France s'amuserait à le conquérir. Jamais le Français ne se tannait de ce petit jeu. Les yeux rivés sur sa montre, un sourire en coin, le blond se sentait comme un enfant avant Noël. Si seulement cette stupide aiguille pouvait se placer plus vite sur le bon temps ! Tapant du pied, il fixa la dite aiguille... 5...4...3..2..1 !


« Where are you, my little object of art? I am here to collect you ! »

    Mais au moment où il avait dit ça, Arthur sortait déjà du dortoir. Et la vue coupa le souffle à France. Lui qui avait toujours un commentaire ou une remarque pour draguer, séduire, enjôler, Francis Bonnefoy était tout simplement bouche bée. Il n'avait pu qu'avancer une main tremblante vers l'anglais boudeur et caresser sa joue. Doucement, il avait murmuré.


« You are beautiful. »

    Puis l'Anglais fut saisit par la taille et embrasser fougeusement. Le reste est un peu flou dans la tête de France. Il était trop heureux. Tout était tellement parfait à ses yeux. Il allait à un Bal avec l'homme qu'il aime plus que tout et qui portais une robe magnifique qu'il avait lui même choisit. Le Français retrouva ses esprits quand ils arrivèrent devant la porte qui menait à la salle de bal. Un homme les annonça et ils entrèrent enfin. Tel un couple royal, les deux blonds marchèrent vers le milieu de la salle, pendant que derrière eux les autres élèves entraient. Francis avait le plus grand sourire qu'il avait jamais eu sur son visage. Une larme au coin de l'oeil, il s'était pencher pour murmurer doucement à Arthur :


« Je t'aime. »
Revenir en haut Aller en bas
England / Arthur Kirkland
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland
avatar

Masculin
Messages : 65

Carte Étudiante
Chambre: Aile Anglo-Saxonne
Partenaire:
Punitions:
0/50  (0/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Au pied de l'escalier 1   Lun 18 Avr - 0:39

Alors que l’école complète est en préparatif pour le bal du printemps de l’Académie Hetalia, un seul élève est immobile et se morfond. En effet, le président de la dite école se trouve présentement, devant le miroir de la salle de bain de l’aile Anglo-saxonne, et est en train de souhaité que ce bal n’est jamais eu lieu...

Mais contrairement à ce que vous pensez, ce n’est pas un manque de motivation à se préparer… Préparer ça il l’était… depuis bientôt 1h30 maintenant… Depuis qu’il était debout c’est tout ce qu’il avait fait! D’abord finir les derniers préparatifs en tant que présidant des élèves… Puis sa préparation personnelle… il avait pris sa douche 2 fois pour être sur, laver les dents 2-3 fois aussi, mis la bague de Francis… pas la montre… il refusait toujours de la mettre. Après il avait désespérément tenté d’arranger ses cheveux, mais bon il n’avait réussit qu’à leur donner un look ébouriffé voulu… mais c’était déjà bien mieux que la majorité des autres matins… après ça avait été l’étape tant redouter… l’habillement!

La veille, Francis lui avait envoyé un paquet contenant sa tenue de bal. Plus tôt dans la semaine il avait pris ses mesures et avait fait venir la robe… Robe qu’il portait présentement… Et c’était là tout le sujet du découragement du blond en ce moment. Le pire, dans toute cette histoire, c’est que la robe lui allait parfaitement, pas seulement la taille, ça c’était presque normal, c’était quand même France qui s’en était chargé… non, tout lui allait! La couleur, le model, c’était comme si la robe était faite pour lui…

Pourtant malgré ce fait, England ne pouvait s’empêcher de se trouver ridicule dans la tenue, ne doutant pas un instant qu’il n’arriverait pas à la cheville du Français et qu’il allait se ridiculiser. C’est avec ses pensées funèbres que le représentant de l’Angleterre s’approcha de la sortie du dortoir avec un air résigné à son sort. Il était certain que Francis se trouvait l’autre côté de la porte, aussi sur que Francis dormait avec un bandeau sur les yeux lorsqu’il dormait! …Pas que le blond aille vraiment pu encore vérifié cette information, puisque la seule fois qu’ils avaient dormi ensemble, les deux ne portaient même pas leur pyjama… Mais peu importe l’anglais en était convaincu! Et en plus, les bandeaux devaient être agencés avec les pyjamas du français!

Mais même s’il savait que son petit ami serait là… il ne pouvait se résoudre à ouvrir la porte. C’était pourtant un geste simple, mais dans le moment il semblait le plus difficile au monde pour Arthur. Il se sentait tellement stressé, il redoutait vraiment la réaction du plus grand. Prenant tout son courage, il finit par ouvrir la porte, mais cela seulement après avoir encore soupirer de désespoir, pour unième fois de la journée. Mais alors que la porte n’était même pas encore complètement ouverte, la mélodieuse voix du pays de l’amour se fit entendre! (Je vous l'avais bien dit qu’il serait là!)


-Where are you, my little object of art? I am here to collect you!


Mais quel con vraiment... On vous a souvent sortit des phrases autant à l’eau de rose que ça?!? Pas besoin de répondre si vous connaissez personnellement Francis Bonnefoy! Le seul mérite que cette phrase ait, fut de réussir à enlever le mal aise que le plus jeune ressentait. Ouais la réplique l’avait relaxé… quoi qu’elle l’avait aussi un peu énervé et qu’il avait la soudaine envi de frapper son compagnon… Mais bon il allait se contenter de le bouder puisque qu’il lui avait changé les idées un peu tout de même.


-You are beautiful.


Autant le français pouvait dire des phrases stupides, autant il pouvait en sortir des embarrassantes… Mais l’anglais n’eut même pas le temps de répliquer, qu’il se faisait déjà embrasser à pleine bouche par Francis. Une fois la surprise passée et avoir répondu légèrement au baiser, ici veuillez lire entre les lignes : il a répondu tout aussi passionnément, England repoussa France, les joues complètement rouges. Il était tout de même encore devant son dortoir! N’importe qui de sa famille pouvait arriver à tout moment pour se rendre au bal… Le bal! Il avait complètement oublié, ils étaient supposés y être dans les premiers! Il n’y avait plus une minute à perdre.


-Stop that, we should really go now! Come on Francis, I don’t want to be late!


Et sans lui demander son avis, Arthur se saisit de la main de accompagnateur de bal et le traîna à travers les couloirs de l’académie jusqu’à la salle de bal. La robe réduisait un peu ses mouvements, mais ils arrivèrent tout de même parfaitement en temps. Les élèves entendaient de se faire nommés pour rentrer dans la grande salle. Le stress recommençait à pointer… Soudainement l’idée de se sauver à l’anglaise, lui parut une excellente idée, peut-être l’aurait-il fait s’il n’avait pas été le président des élèves, donc la personne qui est supposé ouvrir le bal…

Cherchant un moyen de disparaitre parmi tous les sorts de magie noire qu’il connaissait, c’est seulement lorsqu’England entendit son nom qu’il refit face à la réalité du moment. Il se tourna vers Francis, cherchant un minimum de soutient de sa part, mais ce ne fut pas nécessaire… Toute crainte s’effaça quand il croisa son regard. Les yeux bleus de son amoureux brillaient tellement il était heureux. C’est seulement à ce moment que l’anglais réalisa à quel point l’autre blond était magnifique. Pas qu’habituellement, il ne possédait pas une classe folle, mais en ce moment il semblait englobé par un aura de pure beauté. Et c’était à son bras que cet homme magnifique était! Peu importe qu’il soit en robe, il était fier! Et c’est ainsi qu’ils firent leur entrée dans la salle de bal, fier et beau.


-Je t'aime.


Un sourire apparu sur les lèvres du blond. Il était avec Francis au bal et il était heureux, c’est tout ce qui comptait pour Arthur. Et les autres pouvaient bien penser ce qu’ils voulaient, ce soir serait leur soirée! Sur cela, le président des élèves se hissa sur la pointe des pieds et embrassa amoureusement son vice-président.


-I know Frog! I love you too


Revenir en haut Aller en bas
France/Francis Bonnefoy
❤ France t'aime beaucoup ❤
❤ France t'aime beaucoup ❤
avatar

Masculin
Messages : 161

Carte Étudiante
Chambre: Aile Latine
Partenaire:
Punitions:
0/50  (0/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Au pied de l'escalier 1   Mer 20 Avr - 0:38

    Il n’y avait pas d’homme sur terre plus heureux que Francis en ce moment. Depuis qu’Arthur avait retourné son regard, et que le français y avait lu tout l’amour du monde, rien ne pouvait l’arrêter. Son égo rayonnait à des kilomètres à la ronde. Quelqu’un en Australie pouvait ressentir la fierté qui émanait du Français. Ses yeux reflétait son bonheur, son sourire était fendu jusqu’aux oreilles, un léger rougissement teintait ses joues. Tout était parfait. Francis sentit que la soirée serait inoubliable quand Arthur se mit sur la point des pieds pour l’embrasser. De voir que l'anglais allait lui même de l’avant pour démontrer de l’affection en public en disait long au blond. Seul bémol, le “frog”, satané surnom qu’Arthur s’entêtait à lui donner. Francis détestait se faire appeler ainsi. Bon, il n’était pas mieux à appeler le Président “mon petit lapin” tout le temps. Mais lui c’était un surnom affectif. Le “frog” lui rappelait de bien trop mauvais souvenirs. Alors lorsque ses lèvres quittèrent celles de son amoureux, Francis se pencha et murmura à l’oreille du président.


"You know how much I love it when you say my name. Please use it for tonight mon amour."

    Avec un petit sourire, il l’embrassa à nouveau. La soirée ne serait pas si pénible finalement. Le blond semblait ignorer les murmures autour d’eux, et Francis n’en avait que faire du commérage. Pour lui, Arthur était le plus beau et ses yeux ne quittaient jamais le blond. Sans compter qu’il se ferait sans doute égorger si jamais il osait laisser son regard vers le décolleté d’une autre nation. Et des décolletés, il y en avait beaucoup. Il y avait des robes pour tout les goûts. Francis haussa un sourcil lorsqu’il vit que quelques autres mecs avait revêtu une robe. Lui qui voulait emporter la compétition pour Roi et Reine du bal haut la main, il redoutait la compétition. Se penchant vers Arthur, il désigna les gens qui les entourait.


“The ball is quite a succes. I’m glad to see all of our efforts won’t be in vain.”

    Le Français en avait déjà marre de rester planter là à saluer des gens qui entraient dans la salle et de se plier au protocole stupide. Courbette, sourire, bla bla inutile sur la tenue, au revoir, prochain couple. Il voulait aller danser, la musique était si belle. Des valses, classique mais indémodables. Garder l’Anglais pour lui seul était l'évènement que Francis attendait avec le plus d’impatience. Sur la piste de danse, ils seraient seuls au monde. Comme le croquis qu’il avait fait il y a une semaine avant de demander à Arthur de l’accompagner au bal. Ils s’envoleraient vers les étoiles, dansant sur la voie lactés, yeux dans les yeux en amoureux. Sa petite rêverie fût écourtée par la voix ennuyant d’une élève quelconque. Un grand sourire apparût sur le visage du Vice-Président. C’était les derniers élèves ! Ils pourraient enfin aller ouvrir le bal.


“Finally!”

    Prenant Arthur par le bras, Francis se dirigea vers le milieu de la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au pied de l'escalier 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au pied de l'escalier 1
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au pied d'un escalier
» Comment faire un escalier ?
» Trouver chaussure à son pied...
» TOPIC COMMUN - Un escalier bien capricieux
» Une épine dans le pied [ Asmodé Barenthon, Balthazar Bel ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✯ Académie Hetalia ✯ :: École :: Salle de Bal :: Bal du Printemps-
Sauter vers: