AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans la galerie 2

Aller en bas 
AuteurMessage
Hongrie/Elizaveta H.
manly flower
manly flower
avatar

Féminin
Messages : 109

Carte Étudiante
Chambre: Aile Germanique
Partenaire:
Punitions:
4/50  (4/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Dans la galerie 2   Lun 25 Avr - 8:42

Elizaveta pianotait sur la rambarde en bois qui surplombait la salle de bal.
Et pourtant, elle détestait pianoter.
En soupirant, elle lissa distraitement ses cheveux du plat de la main et ajusta un peu sa veste de velours. L’absence de ses cheveux longs la surprenait toujours, depuis qu’elle les avait coupé sur un coup de tête. « Pour le bal » s’était-elle justifiée.
Faux ! elle adorait ses longues boucles châtains, pas au point de les vénérer comme quelques slaves de sa connaissance, mais les couper était la preuve qu’elle était légèrement perturbée à ce moment-là. Heureusement pour elle, ils poussaient vite et elle avait pu les coiffer en un chignon à peu près acceptable.
Mais, revenons au slave en question. Ou était-il balte ? Elizaveta s’en fichait comme de son premier yaoi (« Nuits interdites », un vrai navet dans le genre) mais elle commençait à s’impatienter. C’était bien les slovaques, ça ! Toujours en retard ! Incapables de ponctualité !
Ah, non, mince. Ça c’était « l’ancien Slo’ ». Pas qu’il avait changé, les slovaques ne changeait jamais d’ailleurs, mais on était en période de trêve pour une raison bien précise.

« Il vaut mieux être seul que mal accompagné. »

Faux, faux et faux ! Être seule au bal de printemps c’était vraiment la honte totale. On avait beau répéter que c’était bien plus drôle d’y aller sans personne, on finissait par se jeter sur la première offre qu’on vous faisait.
Bon, là la hongroise avait fait fort. Pire choix de cavalier c’était pas bien possible, de son point de vue en tout cas.
Mais elle était assez désespérée pour accepter et puis, de toute façon, elle pourrait toujours raconter ça en riant dans quelques années. Il y avait également un autre point positif dans le fait d’aller au bal avec monsieur Blazej, alias la blondasse, aka la Slovaquie mais mieux ne valait pas le révéler. Elle ne tenait pas à passer pour une véritable garce.
Non, ça n’avait rien à voir avec le fait qu’il jouait de la flûte géante.
Mais, en contrepartie il y avait une liste de désavantages aussi longue que le bras.

1) Son honneur de hongroise était mort
2) Il lui avait fait une scène parce qu’elle portait un smoking
3) Il la harcelait de texto pour tout planifier
4) Tout le monde pensait qu’ils sortaient ensembles
5) Il allait se ramener en ro--...ah non ça c’était plutôt drôle, en fait
6) Il était en retard
7) Elle risquait de commencer à l’apprécier et c’était hors de question
8) 8 points négatifs c’était déjà trop.

Elle allait l’appeler et éventuellement lui dire que s’il ne se ramenait pas dans les 5 cinq secondes elle l’accueillerait à coups de poêle, quand elle se rappela que son smoking n’avait pas de poches.
Il avait beau être magnifique et divinement bien coupé, il lui manquait CE truc essentiel qu’étaient les poches. Et pas de poches = pas de portable ni d’appareil photo et de poêle. Elizaveta commençait à être très agacée. Elle allait se tirer au buffet, et tant pis pour le point de rendez-vous (pas question de se montrer dans les couloirs avec ce...cette blondasse) quand elle entendit un toussotement très slovaque.

Elle se retourna. Waouh. Elle regrettait de le penser mais...Waouh.

-...En retard.


Elle eut un micro sourire.

-Mais ça valait le coup d’attendre...

Revenir en haut Aller en bas
Slovaquie/ Blazej D.
Slovaquie
avatar

Masculin
Messages : 15

Carte Étudiante
Chambre: Aile slave
Partenaire:
Punitions:
0/50  (0/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Dans la galerie 2   Lun 25 Avr - 9:05

Si on lui avait dit un jour qu'il en serait venu à faire CA, il aurait ri. Beaucoup. Jusqu'à en mourir même. Mais aujourd'hui, face à la dure réalité, il était incapable de rire. Non. Il était presque terrifié. Honteux. Nerveux. Un petit résumé de sa situation s'impose.
Il avait coupé tout lien le relient à sa soeur, ce qui est en soit la pire des horreurs. Mais il avait fallu … Quoique là, de suite, il regrettait. Vraiment. VRAIMENT. Il était revenu à la case départ : je lui file la paix définitivement ou je vais pour détruire ce couple ? Hésitation …
Il allait au bal. Juste ça … Trop de gens généralement. Et la peur de la pire des hontes qui planait … Et là, et là … Quoique, attendez, il y a pire encore.
Il y a la hongroise. Parce qu'il y va avec la hongroise. Ce qui signifie qu'il va danser avec la hongroise ou pire, parler avec elle ! Allons, la trêve, c'est la trêve… La trêve avec Feliks, la trêve avec Elizaveta …. Mais où va le monde ? Pas dans le bon sens en tout cas.

Après, il y avait la partie fun. C'est que, la hongroise, elle n'aime pas le conventionnel. Alors, elle a décidé d'y aller en costard. Et ça, ça va totalement contre ses principes. Parce que c'est la HONTE de danser avec une personne en smoking quand on est soi-même dans cette tenue, ça fait trop gay pour être honnête. Donc, il avait décidé de ne pas se payer un nouveau costume cette année. Non. Pire. Une … Attendez. De toute façon, je n'ai pas besoin de le dire, vous le savez déjà, ha !

Mais dans l'immédiat, costard, situation ou trêve n'ont pas leur place. Non. Parce qu'il était en retard. Sérieusement. La loose. C'est quasiment pire que tout. Il était en retard pour des raisons diverses. La première, c'est ces fichues chaussures. Pas habitué à porter des talons. Talonnettes, ok, mais talons, aussi hauts et fins, non, pas vraiment. La seconde, c'était ses cheveux. À croire qu'on avait trafiqué son shampoing … Il avait eu un mal fou à les dompter. La troisième, c'était plus privé, et ça, sérieux, on garde sous silence.
Il marchait le plus rapidement possible. Enfin, aussi rapidement que ses talons lui permettaient. Il passa sans un regard devant quelques personnes attendant là. Pas un regard. Ca n'avait à ses yeux, aucun intérêt.
Il grimpa les escaliers, maudissant encore une fois son choix. Il aurait du prendre des semelles plates. Pas autant de galère. Puis, Blazej la vit. Aaaah …. Ah. Il s'était attendu à tout, pas vraiment à ça. C'était … Ca lui allait bien. Un peu trop même. Elle regardait ailleurs. Il hésita un instant à la déranger. Allons, il n'allait tout de même pas l'admirer ? C'était ridicule ! Il sortit de sa rêverie en toussotant poliment, histoire de marquer sa présence. Elle se tourna. Et … Dans l'immédiat, ne dit rien. Surprise, hein. Je suis plutôt beau gosse comme ça, avoue-le ! pensa-t-il, petit sourire en coin.

" … En retard."

Il hocha la tête.

"Mais ça valait la coup d'attendre."

Il se mit à sourire.

"J'avoue que j'aurais penser à tout, sauf … Enfin, jolie coupe."

Il releva doucement sa robe, qui avait tendance à trainer un peu trop. Petit coup de tête, dégageant ses yeux de sa frange.

"Et mon retard est entièrement dû à ses chaussures de malheur."

Grand sourire Toujours sourire. Toujours paraître sûr de soi. Même quand ce n'est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Hongrie/Elizaveta H.
manly flower
manly flower
avatar

Féminin
Messages : 109

Carte Étudiante
Chambre: Aile Germanique
Partenaire:
Punitions:
4/50  (4/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Dans la galerie 2   Jeu 28 Avr - 11:12

La faute des chaussures, hein ? En même temps quand on ne sait pas marcher avec on s’abstient, à moins de vouloir vraiment se ridiculiser.

Elle ne préféra pas répondre.
Ç’aurait été dommage de faire couler le sang alors qu’ils n’avaient pas encore pu danser. Elizaveta se contenta de lui sourire. De toute façon la hongroise souriait tout le temps. Elle avait une philosophie de vie assez simple qui pouvait se résumer par « Un sourire c’est la meilleure des armes. Mais quand ça ne suffit pas il te reste tes poings. ». Diplomatie mielleuse puis réaction violente. Ça pouvait rappeler aux connaisseurs la politique de la Hongrie. Ce qui était logique puisque la jeune fille était la Hongrie. On ne le répètera jamais assez.

Bref.

Pendant environ 5 secondes problématiques elle se demanda si elle devait faire le mec et conduire sa « cavalière » tout en réalisant à quel point ça pouvait être mal interprété tout en l’interprétant mal elle même et finir par glousser mentalement avant de se souvenir qu’on parlait de la blondasse et de mettre fin à son petit délire.
Oui, tout ça en cinq malheureuses secondes. Moi je dis, bravo le cerveau humain.
Elle finit par se décider pour la solution qui lui semblait la plus humiliante pour Blazej. Quoique ce dernier n’avait pas l’air très perturbé par le fait de porter une robe, de toute évidence le fait d’être considéré comme la fille ne le dérangerait pas plus que ça.
Elle tendit son bras au slovaque en essayant de se souvenir qu’il n’était pas slovaque. Sinon elle risquait de se mettre à vomir de dégoût et allait tâcher sa jolie chemise blanche.

-Une petite danse, très chère ?

Bien sûr, le féminin ne s’entendait pas à l’oral ce qui limitait un peu le potentiel de sa pique. Mais, supposait la hongroise, après tout le slovaque la prenait pour le Mal en personne, il se douterait bien de ça même avec son ton innocent. Ce qui l’angoissait légèrement par contre c’était de ne pas savoir valser correctement avec un....une cavalière. Après tout elle s’était entraînée au point d’avoir des cloques aux pieds, des cernes sous les yeux, des migraines et la phrase « 1...2...3...1....2...3... » en horreur. Mais seule. Alors elle commençait doucement à avoir la pression, la hongroise. Lui marcher sur les pieds à la limite ça ne lui poserait pas de problèmes, sauf si le slovaque décidait de lui rendre la monnaie de sa pièce avec ses talons aiguilles. Mais s’il se mettait à hurler très fort qu’elle était nulle en valse ou, pire, qu’il la plantait au milieu de la salle elle devrait venger son honneur en commettant un meurtre. Minimum ! Et le meilleur dans tout ça c’est qu’il en était sûrement capable. Elizaveta ne sous-estimait jamais ses ennemis potentiels, et Blazej avait depuis longtemps dépassé le cap du « potentiel ».

Même s’il portait une ravissante robe mauve à volant.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Puissant et majestueux
Puissant et majestueux
avatar

Messages : 166

MessageSujet: Re: Dans la galerie 2   Sam 30 Avr - 0:51

Ce que vous pouvez voir de là où vous vous trouvez :

A cet instant, le président et le vice-président du Conseil des élèves entrèrent sur la piste de danse, marquant ainsi, selon les usages de l'Académie, l'ouverture officielle du bal.
Revenir en haut Aller en bas
Slovaquie/ Blazej D.
Slovaquie
avatar

Masculin
Messages : 15

Carte Étudiante
Chambre: Aile slave
Partenaire:
Punitions:
0/50  (0/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Dans la galerie 2   Mar 3 Mai - 11:56

Hongrie, elle avait le don de toujours trouver un truc pour l'irriter. À croire que sous cette chevelure brune digne d'une demoiselle superficielle et sage, se cachait une usine à idées des plus mortelles et digne des grandes polonaises.... Presque. Il fallait tout de même avouer que côté idées, fallait y aller fort pour surpasser les ménages polonais, si loufoques parfois qu'on en vient à se demander s'il ne les trouve pas sous l'effet de quelques boissons ou cigarettes magiques totalement pas correctes.
Alors, et bien, elle lui tendit le bras. Comme un cavalier. Blazej hésita. Fallait-il vraiment jouer le jeu jusqu'au bout ou avait-il le droit de préserver un minimum sa dignité ? En vue de la situation, c'était peut-être déjà foutu aux yeux des dénués d'humour. À coup sûr, certains prenaient son accoutrement comme une chose sérieuse. Faux, faux, et re-faux. Un peu d'humour, braves gens ! Il s'agit juste d'être assorti à l'une des pires perverses de l'académie, à la fille qui manie la poêle comme pas deux, à la fille qu'il détestait et dont il s'efforçait à l'instant d'oublier la nationalité. Mais elle tendait le bras, et lui, il hésitait, avec ce sourire assuré qu'il avait scotché à son visage. Le tout, c'était de masquer l'hésitation.
Pour une danse. C'était tout de même là, le commencement de la fin : une danse. Danser, enfin, avec elle. Il avait imaginer tous les scénarios possibles, préparer son dégoût et les migraines, simuler le malaise et programmer son agacement. Mais de tout ça, rien ne fut comme il l'avait prévu. Il ne fut pas dégoûté, ni agacé. Pas de malaise, pas de migraine.
Rien, à part une saleté de noeud dans l'estomac et l'euphorie qui grimpait.

" Avec plaisir ~ !"

Et il posa son poignet on-ne-peux-plus garnis de bijoux à qualité respectable sur le bras de son 'cavalier'. Il jeta un coup d'oeil vers la piste de danse. Ils n'avaient plus à attendre. Tant mieux. Il n'aurait pas supporter de rester à l'écart jusqu'au début des danses. Comme quoi, son retard avait du bon.
Car quoi, qu'aurait-elle pu inventer ? N'importe quoi ! Juste pour le planter là et repartir en riant. Elle était bien capable d'agir de la sorte. Et lui, dans tout ça, resterait planté comme un idiot, dans sa saleté - mais très jolie ma foi - robe. Et il n'aurait plus qu'à l'offrir à quelqu'un, quelqu'un, il ne sait pas trop qui, mais quelqu'un. Pas sa soeur, quoique, s'il rajustait la longueur et les épaules, peut-être que ...
Blazej suivit Elizaveta. Elizaveta. Lizzy quoi. Il était l'un des rares à l'appeler ainsi. Non, que dire, le seul. Elle détestait ça, Lizzy. Oh, le slovaque en connaissait d'autres qui l'insupportait. Lizon, Bêta, Libé' ... Il en avait tout une liste. Au grand dam de la concernée. Mais elle lui rendait bien. Blondasse. Genre. Blondasse. À coup sûr, cette attention pour sa chevelure était né en même temps que le surnom. Pas de doute. C'était même sûr. Par complexe envers le "asse" ou pour montrer qu'il assume totalement sa couleur ? Qui sait. Lui même n'est pas sûr d'avoir la réponse. Pour sa dignité, il optera pour la seconde option, mais qui sait, c'est vrai, qui sait ...
Revenir en haut Aller en bas
Hongrie/Elizaveta H.
manly flower
manly flower
avatar

Féminin
Messages : 109

Carte Étudiante
Chambre: Aile Germanique
Partenaire:
Punitions:
4/50  (4/50)
Punitions : Détails:

MessageSujet: Re: Dans la galerie 2   Mar 10 Mai - 19:09

Elizaveta inspira profondément. Intérieurement évidemment. Révéler au slovaque qu’elle se sentait nerveuse n’était pas dans ses objectifs. Elle préférait vraiment savoir que c’était lui qui se sentait comme un...comme un chips au paprika au milieu de chips nature. Elle sourit machinalement en remarquant l’entrée de leurs chers président/vice président du conseil. Mignons tout plein.
Et puis deux mecs ensembles dont l’un portait une robe, quoi ! (mais où était son appareil photo quand elle en avait VRAIMENT besoin ?) Même si son blond aux yeux verts à elle était mieux foutu et que sa robe mauve était quand même plus jol--...Hum. Non, elle avait rien dit ! Enfin, rien pensé.
Elle prit une bouffée d’oxygène (forcément impure puisque l’aura slovaque venait la polluer) et descendit l’escalier, limite en apnée, la blondasse à son bras.
En souriant évidemment. Toujours en souriant.

[Hongrie&Slovaquie se dirigent vers la "piste de danse"]

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la galerie 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la galerie 2
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Galerie Kazu Style': Viens dans ma galerie :sournois:
» La galerie de Kana'Sucre.
» La galerie des avatars
» Ma galerie de dessins Hiccstrid
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✯ Académie Hetalia ✯ :: École :: Salle de Bal :: Bal du Printemps-
Sauter vers: